La crise du Golfe menace les efforts de paix en Afrique de l'Est

Par AFP

AFRICA RADIO

Les tensions diplomatiques entre les pays du Golfe menacent les efforts de paix dans la Corne de l'Afrique, et de manière plus large dans d'autres pays d'Afrique de l'Est, a assuré le représentant spécial de l'Union européenne pour la Corne de l'Afrique.

Débutée il y a près d'un an, la crise du Golfe a vu certains voisins arabes du Qatar rompre avec lui en lui reprochant de soutenir des mouvements extrémistes et de se rapprocher de l'Iran.Cette crise a eu des répercussions directes dans la Corne de l'Afrique, où des tensions régionales déjà existantes ont été ravivées, notamment en Somalie. Ce pays a vu se dégrader ses relations avec les Emirats arabes unis, qui souhaitent s'implanter dans la Corne de l'Afrique dans le cadre de la guerre qu'ils mènent au Yémen.L'influence de la crise du Golfe en Afrique de l'Est "est la plus importante question stratégique (du moment, ndlr) parce qu'elle pourrait facilement miner tous les efforts réalisés pour résoudre les crises en Afrique de l'Est", a déclaré vendredi Alexander Rondos, représentant spécial de l'UE pour la Corne de l'Afrique."Nous n'avons vraiment pas besoin de quelque chose qui vienne miner ces efforts", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse à Entebbe, en Ouganda, à l'issue d'un séminaire de deux jours rassemblant les 11 représentants de l'UE dans les pays de la région.En Somalie, des frictions sont apparues entre les Etats fédérés, dont la plupart pensent qu'il y a de nombreux avantages économiques à tirer d'un soutien à l'Arabie saoudite et aux Émirats, et l'Etat central. Le tout compliquant encore plus la pacification d'un pays miné par la violence.Plus largement, M. Rondos redoute des tensions exacerbées entre pays membres des organisations est-africaines participant aux efforts de résolution de crise dans la région, notamment au Soudan du Sud, au Burundi et en Somalie. Pour le diplomate européen, un des objectifs les plus importants de l'UE dans la région est de s'assurer que l'Afrique de l'Est "soit protégée le mieux possible de cet environnement géopolitique qui évolue rapidement".