La Russie livre des armes à la Centrafrique

Par AFP

AFRICA RADIO

La Russie a livré une cargaison d'armes légères à la Centrafrique après en avoir informé l'ONU qui impose un embargo sur les armes à ce pays déchiré par la guerre civile, a annoncé lundi l'ambassadeur de Russie en Centrafrique.

"La Russie a livré à titre gratuit la 3e cargaison des armes légères à la République centrafricaine. Ce sont des armes légères, c'est-à-dire armes automatiques, mitrailleuses, fusils de précision, pistolets, lance-roquettes, grenades et munitions", dont 5.000 fusils d'assaut AK-47, a annoncé Vladimir Titorenko dans un communiqué."M. Titorenko a expliqué que l'autorisation du Conseil de la Sécurité de l'ONU n'était pas nécessaire pour effectuer un transfert d'armes légères, il ne fallait que le notifier", a précisé l'ambassade dans le communiqué. L'embargo sur les armes a été imposé en 2013, après qu'une coalition de groupes armés a renversé le régime du président François Bozizé et plongé le pays dans la guerre civile. La Russie, qui mène depuis 2018 une offensive diplomatique dans cette ancienne colonie française, a obtenu du Conseil de sécurité des Nations unies un assouplissement de l'embargo en octobre, après un premier allègement en 2019, qui permettait la fourniture d'armes de calibres inférieurs à 14,5mm. En octobre, la Russie avait livré à l'armée centrafricaine une dizaine de blindés.En décembre, une coalition de groupes armés a tenté de perturber l'élection présidentielle et renverser le régime du président Faustin Archange Touadéra mais elle s'est heurtée aux 12.000 casques bleus de la Mission des nations unies en Centrafrique ainsi qu'à plusieurs centaines de paramilitaires russes et de soldats rwandais venus au secours d'une armée centrafricaine démunie. M. Touadéra a été réélu.Depuis 2018, des instructeurs militaires russes entrainent les forces armées centrafricaines et assurent la garde rapprochée du président. En parallèle, le gouvernement centrafricain a accordé des permis miniers à des sociétés russes associées à Evgueni Prigojine, un proche de Vladimir Poutine. Cet homme d'affaire est suspecté d'être le principal financier de Wagner, une société militaire privée russe dont les mercenaires sont présents en Centrafrique.