La Turquie salue la désignation de l'exécutif temporaire libyen

5 février 2021 à 17h20 par AFP

AFRICA RADIO

La Turquie a salué vendredi la désignation d'un Premier ministre et d'un Conseil présidentiel transitoires par les participants au dialogue interlibyen réunis sous les auspices de l'ONU.

"Nous nous rejouissons de la désignation d'un Premier ministre et d'un Conseil présidentiel à l'issue des élections effectuées par le dialogue interlibyen", a déclaré le ministère turc des Affaires étrangères dans un communiqué. Ankara a aussi affirmé sa conviction en "l'opportunité" que représenterait cette désignation pour assurer "l'intégrité territoriale et l'unité politique" de la Libye.Les participants au dialogue interlibyen réunis sous les auspices de l'ONU en Suisse ont élu vendredi par surprise Abdul Hamid Dbeibah Premier ministre de transition, en vue de préparer le scrutin national du 24 décembre.La Libye est plongée dans le chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011.Deux autorités s'y sont disputés le pouvoir ces dernières années: à l'Ouest, le Gouvernement d'union nationale (GNA, à Tripoli), reconnu par l'ONU et soutenu par la Turquie, et un pouvoir incarné par Khalifa Haftar, homme fort de l'Est, soutenu par la Russie et les Emirats arabes unis notamment.Après l'échec d'une offensive lancée par le maréchal Haftar en avril 2019 pour conquérir Tripoli, les deux camps ont conclu un cessez-le-feu en octobre et retrouvé le chemin du dialogue, encouragé par l'ONU.La Turquie a effectué un déploiement militaire en Libye en vertu d'un accord militaire signé avec le GNA et prolongé par le Parlement turc le 22 décembre pour 18 mois.Lors d'une réunion fin janvier par visioconférence au Conseil de sécurité, l'ambassadeur américain par intérim à l'ONU a demandé à la Turquie et à la Russie de commencer "immédiatement le retrait de leurs forces" de Libye.Une grande majorité des membres du Conseil de sécurité, dont l'Inde, le Royaume-Uni, la France ou la Chine, a aussi demandé, par la même occasion, le retrait des troupes étrangères et mercenaires."La Turquie continuera d'offrir au nouvel exécutif son soutien pour la tenue du scrutin prévu à la fin de l'année (...) et l'instauration de la sécurité en Libye", a ajouté le ministère turc.