Le fils du premier président de Guinée accusé de travail forcé

Par AFP

AFRICA RADIO

Mohamed Touré, fils du premier président de Guinée et son épouse risquent jusqu'à 20 ans de prison aux Etats-Unis s'ils sont reconnus coupables d'avoir réduit une jeune femme en esclavage au Texas.

Mohamed Touré et Denise Cros-Touré ont comparu devant un tribunal fédéral de Fort Worth, au Texas, pour répondre d'une plainte pour travail forcé, a indiqué le département américain de la Justice.Un avocat du couple a catégoriquement démenti ces accusations dans un email au Washington Post.Mohamed Touré est le fils d'Ahmed Sekou Touré, premier président de Guinée, qui dirigea le pays de 1958 jusqu'à sa mort en 1984.Le couple a fait venir la victime, qui n'a pas été nommée et ne parlait pas l'anglais, de son village en Guinée pour qu'elle travaille chez eux à Southlake, au Texas, en janvier 2000."Le passeport guinéen de la victime indique qu'elle avait cinq ans à l'époque", selon le département de la Justice."Au fil des ans, jusqu'à ce que la victime s'échappe en août 2016, les accusés l'ont forcée à travailler chez eux pendant de longues heures sans la payer", d'après la même source.La jeune femme devait "cuisiner, nettoyer, faire la lessive, jardiner et peindre", ainsi que s'occuper des cinq enfants du couple.Même si la victime n'était pas beaucoup plus âgée que les enfants, "les accusés lui ont dénié le droit d'aller à l'école", a ajouté le département de la Justice.Le couple est accusé d'avoir confisqué le passeport de la victime, qui s'est donc retrouvée dans l'illégalité aux Etats-Unis une fois que son visa a expiré, de l'avoir isolée de sa famille et de l'avoir "maltraitée émotionnellement et physiquement".La victime a fini par fuir avec l'aide d'anciens voisins en 2016.Selon l'avocat de M. Touré, "la plainte est pleine d'allégations salaces, d'inventions et de mensonges", a assuré Scott Palmer, affirmant que le couple avait hâte "de révéler ce qui motive cette femme à mentir, trahir et tenter de détruire la famille qui l'a accueillie à la demande de son père".