Le Kenya assouplit ses mesures anti-Covid

Par AFP

AFRICA RADIO

Le président kényan Uhuru Kenyatta a annoncé samedi l'assouplissement des mesures prises pour lutter contre l'épidémie de Covid-19, notamment la réouverture prochaine des écoles et la levée de l'isolement de Nairobi.

S'exprimant depuis la présidence à l'occasion du 1er Mai, le président kényan a mis en avant une diminution de 74% des infections à Nairobi durant le mois d'avril comparé au mois de mars et de 89% pour la ville portuaire de Mombasa, la deuxième du pays.M. Kenyatta a dés lors annoncé la levée des restrictions de circulation mises en oeuvre fin mars vers et en dehors d'une zone comprenant la capitale et quatre comtés voisins, où le couvre-feu est désormais calqué sur celui du reste du pays, de 22H00 à 04H00.Le président a également ordonné la réouverture, à compter du 10 mai, des écoles, fermées fin mars.Tous les bars du pays pourront rouvrir (jusque 19H00) et les activités sportives, elles-aussi suspendues depuis fin mars, vont prochainement être de nouveau autorisées.Les offices religieux sont de nouveau autorisés, dans la limite d'un tiers de la capacité des lieux de culte, tandis que les rassemblements politiques sont toujours suspendus."Malheureusement, une hausse des infections nécessitera une intensification des mesures de prévention, une possibilité que nous redoutons tous", a cependant mis en garde le président Kenyatta.Au 30 avril, le Kenya, pays de 52 millions d'habitants, avait enregistré près de 160.000 cas depuis le début de l'épidémie mi-mars 2020, dont 50.000 encore actifs. Le pays a enregistré 2.724 décès imputés au Covid-19, dont quelque 570 au mois d'avril, le plus meurtrier depuis le début de l'épidémie.Les statistiques du gouvernement indiquent toutefois une diminution du taux de positivité des tests pratiqués dans le pays, qui sont passés de plus de 18% pour la dernière semaine de mars à environ 10% pour la semaine en cours.A l'instar de plusieurs de ses voisins est-africains, le Kenya a mis en place de strictes mesures lors de la première vague de l'épidémie, entre mars et juillet 2020. Il a connu une seconde vague entre septembre et décembre et une troisième, toujours en cours, à partir de début mars.