Le Portugal promet d'aider l'Angola à récupérer les capitaux déviés par la corruption

Par AFP

AFRICA RADIO

Le Portugal aidera l'Angola à récupérer les capitaux issus de la corruption qui auraient été placés chez lui, sans mettre en danger la stabilité de son système financier, a promis vendredi le Premier ministre portugais Antonio Costa.

"Nous apporterons toute notre collaboration pour soutenir la priorité définie par l'Angola de combattre la corruption, grâce (...) à la détection de capitaux détournés", a déclaré à la presse le chef du gouvernement portugais à Porto (nord)."De la part de l'Angola, l'information qui nous a été transmise est que cela ne mettra pas en cause la stabilité de notre système financier", a-t-il ajouté aux côtés du président angolais Joao Lourenço, qui effectuait au Portugal une visite d'Etat de trois jours.Arrivé au pouvoir en septembre 2017, M. Lourenço a aussitôt lancé une purge de grande ampleur dans l'administration et les entreprises publiques qui a visé pour l'essentiel les proches de son prédécesseur José Eduardo dos Santos, qui a régné sans partage sur l'Angola pendant trente-huit ans.Dans le cadre de la lutte contre la corruption, Luanda entend obtenir de gré ou de force à partir de janvier le retour en Angola des fonds placés à l'étranger illégalement, une mesure qui suscite des inquiétudes au Portugal, ancienne puissance coloniale qui a bénéficié d'importants investissements angolais. "Il s'agit d'une décision souveraine de l'Etat angolais mais, dans la mesure où elle aura un impact sur nos deux économies, elle devra être pesée avec attention du point de vue de l'application du droit angolais et des répercutions sur la relation avec le Portugal", a souligné jeudi le président portugais Marcelo Rebelo de Sousa.De son côté, le président angolais n'a pas apporté de précisions sur la façon dont il entend faire revenir les capitaux détournés, mais il a reconnu que le sujet était délicat, y compris sur le front de la politique intérieure."Quand nous avons décidé de combattre la corruption en Angola, nous savions que nous touchions à un nid de guêpes. Nous avons commencé à sentir les piqûres mais cela ne nous tuera pas et nous ne reculerons pas", a-t-il dit.Pendant la crise financière qui a frappé le Portugal entre 2011 et 2014, l'Angola a profité de sa manne pétrolière pour se hisser au dixième rang des investisseurs étrangers. Mais, depuis, c'est le pays africain qui a plongé dans la récession en raison de la chute du cours du pétrole.