Actualité

Les Seychellois ont voté pour choisir leurs président et députés

24 octobre 2020 à 18h37 Par AFP
L'essentiel des 74.600 électeurs seychellois ont voté samedi pour élire leur président et leurs députés, au dernier des trois jours d'un scrutin organisé à travers 115 îles éparpillées dans l'océan Indien, inquiètes de l'effondrement des arrivées de touristes provoqué par la pandémie de Covid-19.

Jeudi et vendredi, les agents de la Commission électorale avaient sillonné en avion et en bateau les "îles éloignées" pour y installer des bureaux de vote éphémères pour leurs quelques centaines d'habitants - avant tout des employés d'hôtels et de la société publique de gestion des espaces protégés.

Samedi, c'était au tour des électeurs des trois principales îles - Mahé, Praslin, La Digue - où se concentrent plus de 99% des 98.000 habitants de cet archipel dont la plupart des terres émergées sont inhabitées.

Au nord de Mahé, le bureau de vote de Bel Ombre, installé dans une école secondaire située juste à côté d'une magnifique plage de sable blanc, a ouvert peu après 07H00 avant de brièvement refermer ses portes, le temps de désinfecter les équipements, que les électeurs avaient touché. 

"On a eu quelques problèmes dans les procédures, mais maintenant ça va, on va rattraper notre retard", a dit Jerry Souris, le responsable de ce bureau de vote.

Certains des 3.261 électeurs de Bel Ombre sont arrivés dès 04H30 et, dans la matinée, une longue file d'attente débordait jusque dans la rue, parsemée de parapluies sous lesquels les électeurs se protégeaient du soleil. 

"Je vote pour le même parti depuis toujours et je ne crois pas qu'un jour je modifierai mon choix", explique Yvonne Balthilde, 63 ans, arrivée peu après le lever du soleil.

- Opposition désunie -

Devenue majoritaire au Parlement en 2016, pour la première fois dans l'histoire du pays en 40 ans d'indépendance, l'opposition espère conquérir enfin la présidence, cinq ans après avoir échoué de justesse au précédent scrutin.

Elle mise notamment sur le désir de changement de la population pour battre le sortant Danny Faure, 58 ans, le candidat d'United Seychelles, le nouveau nom de l'ex-parti unique qui a donné au pays tous ses chefs d'Etat depuis 1977.

Le président sortant a été le premier à voter au bureau de Beau Vallon, voisin de Bel Ombre. 

"J'ai décidé de venir très tôt pour aller encourager les Seychellois à accomplir leur devoir, et cette après-midi, j'irai à Praslin et à La Digue", a déclaré Danny Faure. 

"Je pense remporter ces élections, et je respecterai le choix et la volonté du peuple seychellois."

L'opposition pourrait être handicapée par sa désunion : deux candidats affrontent M. Faure, propulsé à la tête de l'Etat par la démission en 2016 de James Michel, dont il était le vice-président, pour achever son mandat.

Principal adversaire de M. Faure, le prêtre anglican Wavel Ramkalawan se présente à 59 ans pour la sixième fois à la présidentielle, sous la bannière de Linyon Democratik Seselwa (LDS, Union démocratique seychelloise).En 2015, il avait été battu de 193 voix seulement par James Michel.

"Jusqu'à maintenant, il n'y a pas de raison pour ne pas reconnaître les résultats, car tout se déroule bien", a déclaré Wavel Ramkalawan dans la journée.

Ex-ministre du Tourisme - moteur de l'économie des Seychelles avec l'industrie thonière -, Alain St Ange se présente sous les couleurs d'un nouveau parti, One Seychelles, né il y a un an à peine.

Si l'archipel n'a enregistré que 149 contaminations, le Covid-19 a bouleversé la campagne électorale en empêchant tout meeting et en plaçant au coeur des préoccupations des Seychellois l'impact de la pandémie sur l'économie, à commencer par l'effondrement du tourisme. 

- "Pris de court" -

Ce dernier jour de scrutin a connu une forte participation, avec un taux qui s'élevait à 32,3% à 12h00 et à 76.4% à 18h00, soit une heure avant la fermeture prévue des bureaux de vote. En 2015, la participation totale s'était élevée à 87,4% au premier tour.

Certains bureaux ont dû arrêter leurs opérations en cours de journée, se retrouvant à court de bulletins, notamment dans les districts de Port Glaud, Grand-Anse et Anse Boileau, sur la côte ouest de Mahé. 

"Vu la vitesse où les gens sont venus voter, cela nous a pris de court, car on avait prévu d'apporter des bulletins vers 17h00, mais cela a été (épuisé) plus vite", a dit Manuella Amesbury, la directrice générale de la Commission électorale.

Vers 21h00, certains électeurs attendaient encore de voter à la Digue, manquant de bulletins de vote, dont une cargaison a été envoyée par bateau depuis Mahé.