Libye: le ministre de la Défense à Bani Walid après les violences

Par La rédaction

BANI WALID (Libye) (AFP) - (AFP)

Le ministre libyen de la Défense Oussama Jouili s'est rendu mercredi à Bani Walid, un ancien bastion de Mouammar Kadhafi où des violences attribuées à des partisans du régime déchu ont fait cinq morts lundi.

La situation était normale dans la ville et les résidents vaquaient à leurs occupations, selon un journaliste de l'AFP sur place.

M. Jouili "est là, il fait une tournée dans la ville", a indiqué à l'AFP un responsable local sous le couvert de l'anonymat.

"Le ministre de la Défense est à l'intérieur, il négocie et nous allons trouver une solution au problème.Sinon nous sommes prêts à nous battre", a affirmé à l'AFP Abdallah al-Mahdi, un membre de la puissante brigade de Zenten.

M. Mahdi s'est posé à bord d'un hélicoptère sur la route, à une soixantaine de km de Bani Walid, pour emmener des blessés.

Les violences de lundi ont été attribuées par des responsables locaux à des fidèles de l'ancien régime, ce que le ministre de l'Intérieur Faouzi Abdelali a d'abord démenti avant de reconnaître que les autorités n'étaient pas sûres de ce qui s'était passé.

"Je pense que la ville est contrôlée par les partisans de Kadhafi", a affirmé Abdallah al-Mahdi.

"La situation est calme aujourd'hui mais on dirait que c'est le calme avant la tempête", a dit de son côté à l'AFP Abdelhamid Rahim, un habitant de Bani Walid qui se rendait à Tripoli pour le travail.

"Beaucoup de partisans de Kadhafi ont mis en place des barrages dans la ville, ils dirigent la circulation", a-t-il ajouté.

Mais aucune trace des partisans de l'ancien régime n'était visible à Bani Walid, selon le journaliste de l'AFP.

"Nous sommes avec le nouveau gouvernement, nous sommes avec la Libye libre", a affirmé Mohammed al-Mobha, un habitant de Bani Walid membre de la puissante tribu des Werfella.

"Mais il est vrai que beaucoup de gens ici n'aiment pas la brigade du 28-Mai parce qu'ils pensent que beaucoup de membres de la brigade sont recherchés (pour des crimes).Mais quel qu'ait été le problème, il est maintenant résolu", a-t-il affirmé.

La brigade du 28-Mai est la plus importante à Bani Walid et dépend du ministère de la Défense.

Moubarak al-Issa, un ex-rebelle de Bani Walid, a affirmé que la brigade "a enlevé il y a quelques jours un membre d'une tribu locale" et que les violences ont éclaté lorsqu'elle a refusé de rendre l'homme à ses proches, tirant même sur eux quand ils sont venus le réclamer.

"C'est comme ça que le problème a commencé.Maintenant la situation est revenue à la normale et le ministre de la Défense fait une tournée complète de la ville", a-t-il ajouté.

Mardi, les habitants vaquaient normalement à leurs occupations.Plusieurs d'entre eux faisaient notamment leurs courses dans un marché aux fruits et aux légumes.

Le journaliste de l'AFP a vu, à une soixantaine de km au nord de Bani Walid, une dizaine de véhicules équipés de canons anti-aériens et remplis d'ex-rebelles qui se dirigeaient vers la ville.Interrogés sur la raison de leur mission, ils ont refusé de répondre.

Bani Walid a longtemps résisté avant de tomber aux mains de la rébellion, quelques jours seulement avant la mort de Mouammar Kadhafi et la "libération" de la Libye en octobre 2011.