Libye: un ex-député islamiste tué dans des combats entre milices

Par La rédaction

Tripoli (AFP)

Un ex-député islamiste libyen a été tué mardi dans des combats entre la milice qu'il commandait et un groupe rival à l'ouest de Tripoli, a-t-on appris mercredi auprès de sa milice et de source médicale.

Mohamed al-Kilani, membre d'un bloc islamiste du Parlement libyen sortant, "a été tué alors qu'il commandait les combats dans la région de Ouerchefana", a indiqué un commandant militaire.

M. Al-Kilani les dirigeait aux côtés des milices de Fajr Libya (Aube de Libye) qui s'étaient emparées de Tripoli fin août, à l'issue d'un mois et demi de combats contre des milices rivales.

Une source locale de Zawiyah, ville de M. al-Kilani à 50 km à l'ouest de Tripoli, a indiqué que l'ex-député avait  été "liquidé" avec trois de ses compagnons après être tombés dans une "embuscade à leur retour de Tripoli".

Une source médicale a confirmé que l'hôpital de cette ville avait reçu quatre corps, dont celui de M. Al-Kilani.

Ce dernier était membre du bloc islamiste Wafa accusé par ses rivaux de soutenir les islamistes radicaux dans le pays.

Un autre député du même bloc, Salah Badi, avait lancé les hostilités en juillet à Tripoli en menant une offensive contre l'aéroport à la tête d'une milice de sa ville.

Sur le plan politique, Fajr Libya conteste la légitimité du nouveau Parlement et le gouvernement d'Abdallah al-Theni, qui ont dû s'exiler à l'est du pays pour échapper aux pressions à Tripoli.

Ses miliciens ont pris le contrôle des institutions de l'Etat dans la capitale et ont convoqué en août le parlement sortant, le Congrès général national (CGN), dont le mandat a théoriquement expiré avec l'élection du nouveau Parlement.

Cette assemblée ressuscitée a confié au pro-islamiste Omar al-Hassi le soin de former un gouvernement parallèle qui n'a pas été reconnu par la communauté internationale mais qui complique davantage la situation politique en Libye.