Lutte contre les salaires fictifs au Congo: des dizaines d'arrestations

Par La rédaction

BRAZZAVILLE (AFP)

Plusieurs dizaines de fonctionnaires du Congo, civils et militaires, ont été arrêtés dans le cadre d'une opération de lutte contre les salaires fictifs menée depuis sept mois par le gouvernement, selon des autorités et des ONG interrogées mercredi par l'AFP à Brazzaville.

Cette "opération de contrôle des salaires concerne tous les agents de l'Etat, sans exception aucune", dans un pays comptant environ 60.000 fonctionnaires, a déclaré un responsable du ministère des Finances ayant requis l'anonymat.

"(Elle) a débuté en février, elle se poursuit jusqu'à aujourd'hui parce qu'on décèle chaque jours ou presque des cas de fraude (...) Nous avons mis la main sur de nombreux fraudeurs, civils tout comme militaires, qui ont été mis à la disposition de la justice", a-t-il ajouté, évoquant "plusieurs dizaines" d'arrestations sans plus de précisions.

Les interpellations dans le cadre de ce contrôle ont été également évoquées par l'Observatoire congolais des droits de l'Homme (OCDH) et l'Association pour les droits de l'Homme et l'univers carcéral (Adhuc), deux ONG locales qui ont dénoncé mercredi dans un communiqué le décès en détention d'un militaire arrêté.

En plus d'un nombre indéterminé de civils, "actuellement, plusieurs dizaines de militaires, pour la plupart des sous-officiers, sont détenus à la maison d'arrêt de Brazzaville suite à ce contrôle des salaires", affirment dans ce texte l'OCDH et l'Adhuc.