Malawi: l'usage de fluide correcteur n'a pas favorisé de candidat (cheffe de la commission électorale)

Par AFP

AFRICA RADIO

L'usage de liquide correcteur blanc dans les procès-verbaux de la présidentielle de mai, au résultat depuis annulé par la justice à la suite de nombreuses irrégularités, n'a pas favorisé de candidat, a déclaré mercredi la cheffe de la commission électorale du Malawi.

Jane Ansah a été entendue mercredi par une commission parlementaire, conformément à l'arrêt de la Cour constitutionnelle."Il n'y a pas de preuve que le Tipp-Ex a été utilisé pour favoriser un candidat", a-t-elle assuré, campant sur ses positions.Le président sortant Peter Mutharika, au pouvoir depuis 2014, avait été réélu de justesse, avec 159.000 voix d'avance seulement sur son principal opposant, Lazarus Chakwera, selon les résultats de la commission électorale.Mais la Cour constitutionnelle a annulé le 3 février 2020 le scrutin, estimant que Peter Mutharika avait été "indûment élu". "L'usage répandu du Tipp-Ex et d'autres altérations manuelles sur les procès-verbaux a grandement sapé l'intégrité des élections", avait estimé la Cour, qui a ordonné l'organisation d'une nouvelle élection "dans les 150 jours".Une autre membre de la commission, Mary Nkosi, interrogée lundi par la commission parlementaire, a elle reconnu que la compilation des résultats avait été douteuse.Elle a affirmé que Jane Ansah avait autorisé la validation des nombreux procès-verbaux corrigés avec du fluide correcteur. "Je n'ai pas compris ce qui justifiait" cette décision, "mais il y avait apparemment un empressement à annoncer les résultats", a déclaré Mary Nkosi. Peter Mutharika et la commission électorale ont fait appel de la décision de la Cour constitutionnelle.C'est la première fois qu'un scrutin est annulé au Malawi, petit pays d'Afrique australe, et la deuxième fois sur le continent, après l'invalidation de la présidentielle au Kenya en 2017.