Mauritanie: perquisitions aux domiciles de deux opposants

Par AFP

AFRICA RADIO

Les domiciles familiaux de l'opposant mauritanien Mohamed Ould Bouamatou, accusé par le pouvoir de financer des actes de rébellion, et de son bras droit, Mohamed Ould Debbagh, ont été perquisitionnés lundi dans la capitale mauritanienne, a-t-on appris de source familiale et policière.

Homme d'affaires et mécène, M. Ould Bouamatou est accusé par le régime du président Mohamed Ould Abdel Aziz d'avoir financé en 2017 un groupe de sénateurs qui a mené une fronde contre le référendum constitutionnel ayant mené à la suppression du Sénat.Mohamed Ould Bouamatou et Mohamed Ould Debbagh, établis en Europe après un long séjour au Maroc, sont sous le coup d'un mandat d'arrêt international après avoir été inculpés pour "corruption".Lundi, des policiers "sont venus aux deux domiciles et ont procédé à des fouilles systématiques dans leurs différentes chambres, sans donner d'explications", a affirmé à l'AFP une source familiale ayant requis l'anonymat.Les policiers ont "emmené avec eux la femme de M. Ould Debbagh", avant de se diriger vers la GBM (Générale de banque de Mauritanie) de M. Bouamatou pour "des fouilles similaires", selon cette source.Ces "perquisitions" ont été ordonnées par "le juge d'instruction en charge du dossier judiciaire des deux hommes", a indiqué à l'AFP une source policière.Lors d'une manifestation dimanche, l'opposition dite "radicale" (qui avait boycotté le référendum d'août 2017) avait exigé la "fin des poursuites" contre les deux hommes, ainsi que la remise en liberté de l'ex-sénateur Mohamed Ould Ghadda, principal animateur de la fronde, incarcéré depuis des mois pour les mêmes motifs.