Meurtre de membres d'une mission anti-Ebola en Guinée: 11 peines à perpétuité

23 avril 2015 à 3h19 par La rédaction

Conakry (AFP)

Onze personnes ont été condamnées dans le sud de la Guinée à la prison à perpétuité pour le meurtre de huit membres d'une mission de sensibilisation à Ebola en septembre 2014, a-t-on appris mercredi de sources judiciaires.

Les 15 autres personnes jugées pour ces meurtres ont été acquittées au terme du procès mardi soir, selon les mêmes sources.

"Nous avons plaidé pendant deux jours, mais nous n'avons pas été entendus et le juge Mohamed Diop a prononcé une lourde peine que nous allons contester jusqu'à la Cour suprême", a déclaré Me Michel Labilé Sonomou, avocat de la défense joint au téléphone à N'zérékoré, où s'est déroulé le procès.

Le ministre de la Justice Cheick Sako a justifié les différences de peines entre les 26 coprévenus.

"Dans ce type de crime, ou bien on est coupable ou on ne l'est pas", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse, estimant que le verdict devait se fonder "sur des faits incontestables".

Le parquet avait requis la peine de mort contre 15 prévenus et la relaxe pour les 11 autres pour délit non constitué, tous étant poursuivis pour les mêmes faits.

Les avocats de la défense ont six jours pour faire appel de ce jugement.

"Les crimes les plus odieux, cruels et barbares, sont commis dans cette région du pays", avait estimé le procureur William Fernandez qui a appelé à "un changement de comportement", selon la même source.

Le procureur s'est dit "très satisfait des décisions qui ont été prises".

"En tant que procureur, je demande toujours le maximum pour obtenir ce que je visais (la réclusion criminelle à perpétuité, NDLR) parce que je sais qu'en Guinée on n'exécute pas les peines de mort, mais c'est encore prévu dans notre Code pénal.Donc, c'est une bonne décision", a-t-il dit à l'AFP.

"Il faut que les populations de N'zérékoré comprennent que les crimes ne peuvent rien régler", a-il ajouté, estimant que "tout le monde doit rester tranquille en apprenant à vivre selon les normes qui régissent notre société".

Le 16 septembre, huit membres d'une équipe de sensibilisation à Ebola, dont des responsables administratifs et de santé et trois employés de médias, avaient été tués par des habitants niant la réalité du virus et criant au "complot des Blancs" dans la localité de Womey (sud-est).

Des trois pays les plus touchés (Guinée, Liberia, Sierra Leone), c'est en Guinée - d'où est partie l'épidémie fin 2013 - que les réactions à la lutte anti-Ebola sont les plus violentes, en particulier dans le Sud, où règnent de vives tensions entre communautés ainsi qu'avec le pouvoir central.

Le président guinéen Alpha Condé a multiplié ces derniers mois les déclarations justifiant le recours à la force pour enrayer l'épidémie contre des populations récalcitrantes, par déni du virus ou rejet de mesures sanitaires perçues comme autoritaires ou attentatoires à leurs coutumes.