Dépêches AFP

Nigeria: 38 chiites inculpés après des affrontements avec les forces de l'ordre

11 juillet 2019 à 19h28 Par AFP
Trente-huit partisans d'un leader nigérian chiite détenu ont été inculpés jeudi de violences lors d'affrontements dans la capitale, Abuja, avec les forces de l'ordre, a annoncé la police. Le Mouvement islamique du Nigeria (IMN) a annoncé mercredi que la police avait tué mardi deux de ses membres par balle pendant une manifestation devant le parlement d'Abuja.La police estime que les forces de l'ordre ont fait usage "d'un minimum de force pour disperser les protestataires" et indique que deux policiers ont été blessés aux jambes par des coups de feu.Le porte-parole de la police, Anjuguri Manzah, a déclaré à l'AFP que 38 manifestants détenus lors des violences avaient été inculpés jeudi et que trois différents tribunaux étaient compétents dans cette affaire.Selon un document vu par l'AFP, les accusations pesant contre eux sont notamment participation à des émeutes, possession d'armes létales, agressions et actions causant du mal à autrui.28 des accusés ont été libérés sous caution et dix restent détenus.Le leader chiite Ibrahim Zakzaky, qui appelle à une révolution islamique inspirée de l'Iran chiite dans un Etat à grande majorité sunnite, s'oppose depuis des années aux autorités nigérianes. Il est détenu depuis décembre 2015: l'armée avait alors tiré sur les manifestants, faisant plus de 350 morts. Fin octobre, des partisans de l'IMN ont manifesté en masse à Abuja et la répression de la manifestation a fait 47 morts selon l'IMN et les observateurs, six selon les chiffres officiels.