Nigeria: 8 morts dans un double attentat pendant la fête de l'indépendance

1er octobre 2010 à 13h18 par La rédaction

ABUJA (AFP)

Au moins huit personnes ont été tuées vendredi pendant la cérémonie de cinquantenaire de l'indépendance du Nigeria dans un double attentat à la voiture piégée à Abuja, revendiqué par le principal groupe rebelle du pays.

"Il y a eu deux explosions de voitures piégées", a déclaré à l'AFP le porte-parole de la police de la capitale fédérale, Moshood Jimoh."Huit personnes, des passants, ont été tuées et trois grièvement blessées".

Les attentats ont eu lieu "pas très loin d'Eagle Square", la place où se tenait au même moment la cérémonie des 50 ans de l'indépendance, selon la police.

Une dizaine de véhicules ont été détruits par l'explosion.Pompiers, policiers et démineurs sont arrivés rapidement sur les lieux, près d'un tribunal de la capitale fédérale nigériane.Une épaisse fumée se dégageait sur les lieux tandis que les autorités s'employaient à boucler la zone et à repousser les journalistes.

"La seconde explosion a fait plus de victimes car la première avait attiré la foule" sur les lieux, a expliqué sous couvert d'anonymat un officier des services de renseignements.

Malgré le double attentat, les célébrations de l'indépendance n'ont pas été interrompues, notamment la parade militaire organisée pour l'événement.

Les attentats ont été revendiqués par le principal groupe rebelle du Nigeria, le Mouvement pour l'émancipation du delta du Niger (Mend)."Le Mend revendique la responsabilité de l'attaque", écrit le groupe dans un communiqué.

Plus tôt vendredi, le Mend avait affirmé avoir placé des bombes sur le site de la cérémonie, ainsi qu'à ses abords.

"Plusieurs engins explosifs ont été placés avec succès dans et aux alentours" du site, affirmait un communiqué du Mend, en soulignant que les lieux devaient être évacués avant 10h30 locales (09h30 GMT).

La première explosion a eu lieu un peu plus d'une heure après l'expiration de l'ultimatum.

"Il n'y a rien de bon à célébrer après 50 ans d'échecs", juge le Mend dans son communiqué."Depuis 50 ans, la population du delta du Niger a vu ses terres et ses ressources lui être volées".

Ces attentats "sont un acte bas, sale et épouvantable de désespoir de criminels et d'assassins qui ne souhaitent pas de bien au Nigeria", a réagi le président Goodluck Jonathan dans un communiqué rendu public par ses services, en promettant que les poseurs de bombes "paieront pour ce crime haineux".

Le Mend, qui réclame une meilleure redistribution dans le delta du Niger de la manne générée par le pétrole et le gaz extraits dans la région, a revendiqué dans le passé plusieurs enlèvements d'employés du secteur pétrolier et attaqué des installations pétrolières.