Nigeria: changement à la tête du parti au pouvoir en crise

Par La rédaction

Abuja (AFP)

Le parti au pouvoir au Nigeria, le Parti démocratique populaire (PDP), qui traverse une crise, a élu lundi un nouveau président, Ahmadu Adamu Mu'Azu, quelques jours après la démission forcée de Bamangar Tukur, considéré comme inféodé au président Goodluck Jonathan.

M. Mu'Azu, élu à l'unanimité du Conseil national du parti, a été gouverneur de l'Etat de Bauchi (nord), de 1999 à 2007.

La semaine dernière, M. Jonathan avait annoncé au comité exécutif du parti la démission de M. Tukur, dans une tentative d'apaiser les tensions au sein de son propre camp, rongé par une crise sans précédent.

Au sein du PDP, la légitimité de M. Tukur était fréquemment remise en cause, celui-ci étant considéré comme un "homme de paille" du président parachuté à cette place sans l'approbation des militants. 

 

"Galvaniser le parti"

 

Fin 2013, cinq influents gouverneurs d'Etats avaient rallié le Congrès des progressistes (APC), principal parti d'opposition, en novembre, suivis début janvier par 37 députés du PDP, faisant perdre au parti présidentiel sa majorité absolue au parlement. 

Cette crise interne laisse craindre au PDP, au pouvoir depuis la fin des dictatures militaires en 1999, une première défaite politique lors des élections générales de 2015. 

M. Jonathan, chrétien originaire du Sud, n'a pas encore annoncé s'il serait candidat en 2015.Mais s'il se représentait, il violerait une règle tacite du PDP voulant qu'après un chrétien du Sud, ce soit au tour d'un musulman du Nord de se présenter. 

Selon le directeur de Sciences politiques de l'Université d'Ibadan, Osisioma Nwolise, ce changement peut revivifier le parti.

"Si cet homme nouveau a le charisme, la stratégie, de bonnes relations publiques et de l'humilité, il va galvaniser le parti", a-t-il dit à l'AFP.

"Il va lui insuffler de l'énergie et le conduire dans de bonnes conditions aux élections de 2015," a ajouté M. Nwolise.

"Des gens qui ont quitté le parti en colère peuvent revenir, si Mu'Azu gère bien les problèmes du parti et gagne la confiance de ses membres", a-t-il ajouté.

L'ancien candidat à la présidentielle Olapade Agoro s'est affirmé moins optimiste sur les capacités de M. Mu'Azu.

"Depuis le début du régime démocratique, en 1999, le PDP n'a jamais connu de direction stable", a-t-il dit."Il a produit six présidents et ils ont tous connu la disgrâce, et ont été politiquement meurtris".

"Le problème avec le PDP n'est pas une question de personne, mais ce sont les carences structurelles en son sein qui empêchent son président d'agir convenablement", a affirmé M. Agoro.