Nigeria: l'armée se déploie pour rétablir l'ordre après 18 morts

Par La rédaction

JOS (Nigeria) (AFP)

Des soldats de l'armée nigériane se sont déployés mardi pour rétablir l'ordre dans le centre du pays où 18 personnes ont été tuées dans une région déjà en proie à des vives tensions et à des vagues de violences meurtrières, ont annoncé les autorités

Une nouvelle attaque, selon la police, a fait treize morts mardi dans un village du centre du Nigeria après une récente série d'attentats à la bombe dans cette région où cohabitent difficilement chrétiens et musulmans.

"J'ai été informé que 13 personnes ont été tuées dans une attaque à l'aube", a déclaré Abdulrahman Akano, un responsable de la police de l'Etat du Plateau (centre), précisant que des policiers avaient été envoyés sur place dans le village de Wareng, habité majoritairement par des chrétiens, pour vérifier l'information.Il n'a pas donné davantage de précisions sur les circonstances de ces meurtres.

Un homme politique local a également confirmé à l'AFP ces 13 morts.

Une attaque séparée dans la zone voisine de Barkin Ladi a d'autre part fait 5 morts, a ajouté M. Akano sans donner d'autres précisions.

Cette nouvelle vague de violences meurtrières survient avant la tenue des élections générales prévues en avril au Nigeria, le pays le plus peuplé d'Afrique avec plus de 160 millions d'habitants.

Le centre du Nigeria a déjà été secoué récemment par de nouvelles vagues de violences: explosions de bombes à la veille de Noël, représailles qui ont fait au moins 80 morts et affrontements entre groupes chrétiens et musulmans.

Le commandant de la force militaire opérant dans cette partie du Nigeria a ajouté que les violences de mardi avaient eu lieu dans différentes localités et que des soldats avaient été déployés pour rétablir l'ordre.

"Nous avons un nombre assez important de personnes tuées", a déclaré à l'AFP le commandant Hassan Umaru, ajoutant que l'armée faisait en sorte de limiter la propagation "de chacune de ces crises".

L'officier a ajouté que ces violences meurtrières avaient été commises dans deux villages, sans donner plus de détails.