Nigeria: l'élection de Goodluck Jonathan confirmée par la Cour suprême

Par La rédaction

ABUJA (AFP) - (AFP)

La Cour suprême du Nigeria a rejeté mercredi le recours déposé contre l'élection du président Goodluck Jonathan par le principal parti de l'opposition qui dénonce des fraudes et demande un nouveau scrutin.

"Ce recours n'a pas de valeur et est rejeté" a affirmé le juge Olufunmilayo Adekeye, en lisant la décision des sept membres de la Cour.

Il avait été déposé par le Congrès pour un changement progressiste (CPC), parti dirigé par l'ex-dictateur militaire Muhammadu Buhari, qui avait été son principal adversaire à la présidentielle du 16 avril.

Selon Buhari, qui s'exprimait à l'extérieur du tribunal, cette décision "motivée politiquement" n'a pas de fondement juridique.

La présidence a de son côté réagi dans un communiqué, se félicitant du verdict de la cour et appelant M. Buhari a l'accepter.

Le président Jonathan "attend du général Buhari qu'il continue à contribuer de façon positive au développement national et aussi qu'il mobilise ses partisans à travers le pays pour qu'ils se joignent au processus de réconciliation nationale", peut-on lire.

Les observateurs ont dans l'ensemble estimé que les élections d'avril 2011 (législatives, présidentielle et régionales) avaient été libres et transparentes, malgré des violences post-électorales meurtrières.

Le scrutin présidentiel avait illustré la division qui règne au Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique avec plus de 160 millions d'habitants qui compte environ autant de musulmans, majoritaires dans le nord, que de chrétiens, plus nombreux dans le sud.

Jonathan, un chrétien originaire du delta du Niger (sud), avait remporté 57% des voix, avec une nette avance dans sa région, tandis que Buhari avait obtenu un large soutien dans le nord, et gagné 31% des suffrages.

L'annonce des résultats avait été suivie de trois jours d'émeutes dans le nord qui ont fait au moins 800 morts selon l'ONG de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch.