Nigeria: les inondations dans le sud-ouest bloquent l'arrivée des secours

Par La rédaction

IBADAN (Nigeria) (AFP) - (AFP)

Les inondations qui ont emporté plus d'une centaine de personnes dans le sud-ouest du Nigeria empêchent les secours de parvenir dans une région où ponts et habitations ont été balayées.

A Ibadan, des familles entières dont les maisons ont été détruites se sont installés chez leurs voisins ou dorment sur des matelas dans une école transformée en centre de secours où des médicaments et de la nourriture leur sont apportés.

Selon la Croix rouge, au moins 102 personnes ont été tuées après que les eaux de la rivière Odo Ona eurent monté subitement aprés de fortes pluies au cours de la nuit de vendredi à samedi obligeant les habitants à se mettre à l'abri.

"Je dormais avec ma famille quand tout à coup un de mes enfants s'est réveillé et a crié "papa, de l'eau !" explique Caleb Babatunde, 45 ans, père de cinq enfants qui s'est réfugié avec sa famille dans l'école. "Avant que nous le réalisions nos chambres étaient envahies et nous n'avons pu que sauver nos vies", explique-t-il.Quand il est retourné chez lui le jour suivant il a vu que sa maison avait disparue.Cent six familles ont été enregistrées dans cette école ce qui fait un total d'environ 500 sans abri.

Les maisons et d'autres constructions le long de la rivière Odo Ona dans Ibadan, grande métropole, centre politique des Yorubas --l'une des trois principales ethnies du Nigeria--, ont toutes été emportées.

Le principal journal de la ville publie des photos de corps emportés par les eaux et des funérailles ont été organisées.

Selon Festus Adedayo, porte-parole du gouverneur de l'Etat d'Oyo, dont Ibadan est la capitale, les maisons et autres constructions illégales le long de la rivière sont à l'origine de ces inondations car elles ont freiné l'écoulement de l'eau. "C'était une vraie tragédie" dit-il."Si les descriptions qui nous parviennent sont crédibles, alors c'est un désastre", selon lui.

"J'ai perdu mes voisins, une femme et son fils", affirme Ramon Olabitan, 35 ans, à l'endroit où était situé sa maison près de l'Odo Ona."Ils ont été balayés pendant la nuit de samedi.Les murs de la maison se sont effondrés et les eaux les ont emportés avec leurs biens", dit-il.

Les habitants tentent de reconstruire des ponts de fortune en bois et ceux qui ont tout perdu se demandent ce qu'ils vont faire.

"Nous avons perdu notre église, qui nous servait de maison" dit Olayawola, Taiwo, le pasteur de 46 ans."Je suis là avec ceux de mon église car nous n'avons pas d'endroit où aller.Nous voulons que le gouvernement fasse quelque chose pour nous car nous n'avons plus rien".

Des inondations se produisent à chaque saison des pluies au Nigeria même si les services d'alertes ont prévenu de l'intensité des précipitations cette année.La saison des pluies dure d'avril à septembre. Les plus grandes villes du Nigeria, le pays le plus peuplé d'Afrique débordent d'habitants et nombre d'entre eux logent dans des bidonvilles.Le système d'évacuation des eaux est généralement mal entretenu.