Nouveau blocage de camions par des Marocains dans l'enclave espagnole Melilla

Par La rédaction

MADRID (AFP)

Des militants marocains ont décidé mercredi de bloquer pendant une journée l'entrée de camions de marchandises à Melilla, enclave espagnole dans le nord du Maroc, pour protester contre de présumés abus de la police espagnole, ont rapporté les médias espagnols.

Un accord a été trouvé entre les militants et les commerçants pour que le blocage, initialement prévu jusqu'à dimanche, se termine mercredi soir, en raison du ramadan.

"Après quatre heures de discussion avec eux (les militants à l'origine du blocage) nous avons obtenu un délai jusqu'à la fin du ramadan car c'est un mois sacré pour nous les musulmans, c'est le moment où nous consommons le plus de légumes, le plus de poissons", a déclaré à la radio Cadena Ser Yusef Kadur, président d'une association de commerçants à Melilla.

Le blocage a débuté à 07H00 (05H00 GMT) mercredi au poste-frontière de Beni-Enzar mais les premiers camions avaient pu passer car ils étaient vides, les transporteurs ayant choisi d'être solidaires de l'action des militants marocains selon la Radio nationale espagnole (RNE).

Le président de l'Association Gran Rif des droits de l'homme, Said Chramti, avait dans un premier temps annoncé que le blocage durerait "jusqu'à dimanche", tout en précisant qu'ils laisseraient passer jeudi les camions transportant des produits frais, "pour raisons humanitaires", dans des déclarations à des journalistes espagnols.

Les militants marocains protestent contre de présumés abus de la police espagnole envers des citoyens marocains.

Ils étaient une vingtaine mercredi matin à manifester, selon les médias espagnols.Un blocage similaire avait eu lieu le 12 août à Melilla.

La situation à Melilla a créé une certaine tension politique à Madrid où le principal parti d'opposition, le Parti populaire (PP, droite), reproche au gouvernement socialiste de José Luis Rodriguez Zapatero de rester les bras croisés.

L'ancien chef de gouvernement conservateur José Maria Aznar (1996-2004) s'est rendu à Melilla mercredi pour s'entretenir avec le président du gouvernement régional, Juan José Imbroda, également du PP.

Le ministre de l'Intérieur, Alfredo Perez Rubalcaba, doit aller lundi à Rabat pour s'entretenir avec son homologue marocain, Taieb Cherkaoui.

La presse marocaine a récemment fait état de plusieurs incidents entre la police espagnole et des ressortissants marocains aux postes frontaliers de Ceuta et Melilla.

Rabat a toujours considéré les deux enclaves espagnoles dans le nord du Maroc comme des "villes occupées".Ce contentieux territorial est la source de tensions diplomatiques récurrentes entre les deux pays.