Ouganda: l'épidémie d'Ebola est "sous contrôle", affirment les autorités

13 août 2012 à 17h04 par La rédaction


KAMPALA (AFP) - (AFP)

La récente épidémie de fièvre hémorragique due au virus Ebola en Ouganda est "sous contrôle", mais n'est pas encore totalement éradiquée, a déclaré lundi à l'AFP un responsable du ministère de la Santé.

Deux nouveaux malades présumés ont été admis au cours du week-end dans un hôpital situé non loin de la zone où la dernière épidémie est apparue, portant à neuf le nombre total de personnes actuellement en quarantaine, selon Paul Kagwa, directeur-adjoint du ministère de la Santé ougandais.

"Nous pouvons aisément affirmer que l'épidémie est sous contrôle, mais nous ne pouvons pas dire que nous en soyons totalement débarrassés", a-t-il déclaré à l'AFP, ajoutant que les derniers cas confirmés remontaient au 4 août.

La période d'incubation du virus est d'environ 21 jours, ce qui signifie que si aucun nouveau cas ne se confirme, l'épidémie pourrait être déclarée terminée d'ici environ deux semaines, a-t-il souligné.

Seize personnes sont mortes depuis le début de la dernière poussée de fièvre hémorragique Ebola, début juillet dans l'ouest de l'Ouganda, à quelque 200 kilomètres de Kampala et à environ 50 kilomètres de la frontière avec la République démocratique du Congo (RDC).

Les tests conduits sur 243 personnes entrées en contact avec le virus se sont révélés négatifs, mais 165 personnes demeurent en observation dans la région, a poursuivi M. Kagwa.

La fièvre hémorragique Ebola, hautement contagieuse, tue entre 25 et 90% des malades, selon l'OMS.Il n'existe ni traitement ni vaccin.Elle se transmet par contact direct avec le sang, les secrétions corporelles (sueur, selles...), par voie sexuelle et par la manipulation sans précaution de cadavres contaminés.

Fin juillet, une aide-soignante tombée malade après avoir soigné des patients atteints du virus dans la zone de l'épidémie était décédée à l'hôpital Mulago de Kampala où elle était venue se faire soigner.Personne n'a cependant contracté la maladie dans la capitale densément peuplée de quelque 1,5 million d'habitants.

Les pays voisins de l'Ouganda - Kenya, Rwanda, Soudan du Sud et Tanzanie - ont conseillé à leurs populations de signaler aux autorités sanitaires tout symptôme ressemblant à ceux d'Ebola.