Présidentielle au Sénégal: Youssou Ndour en campagne à Ziguinchor pour Macky Sall

Par La rédaction

ZIGUINCHOR (Sénégal) (AFP) - (AFP)

Le célèbre chanteur Youssou Ndour est arrivé samedi en Casamance, région du sud du Sénégal en proie à une rébellion armée, pour y mener campagne en faveur de Macky Sall qui affrontera le 25 mars le sortant Abdoulaye Wade au second tour de la présidentielle, a constaté l'AFP.

Dès son arrivée à Ziguinchor, l'une des villes principales de Casamance, il a rendu visite aux dirigeantes de "la plate-forme des femmes pour la paix en Casamance", où il a été accueilli par des dizaines de personnes.

"Pour qu'il y ait la paix, il faut que Wade dégage.Vous pouvez compter sur le président Macky (...) pour la paix en Casamance", leur a-t-il dit, ajoutant: "Si le pouvoir vous donne de l'argent en échange" de votre vote, "prenez le, mais votez pour Macky Sall le 25 mars".

Le cortège de Youssou Ndour a sillonné les grandes artères de la ville sous les acclamations de dizaines de badauds.Des partisans d'Abdoulaye Wade ont bien tenté d'empêcher son passage en dressant quelques barricades de fortune, mais se sont repliés à l'arrivée du cortège.

Le célèbre chanteur populaire devait plus tard prendre la parole en centre-ville pour expliquer les raisons de son combat contre Abdoulaye Wade et son soutien à Macky Sall, un des anciens Premier ministres de Wade.

La Casamance est le théatre depuis 1982 d'un conflit opposant l'armée sénégalaise au Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC, rébellion indépendantiste).

Des périodes d'apaisement relatif y alternent avec des périodes de violences marquées par des accrochages entre rebelles et militaires, des attaques à main armée et, dernièrement, des rapts de membres de forces de sécurité.Depuis fin 2011, les rebelles ont intensifié leurs actions.

Le conflit a fait des milliers de victimes civiles et militaires et des dizaines de milliers de déplacés et réfugiés.

Youssou Ndour, dont la candidature à la présidentielle avait été rejetée par le Conseil constitutionnel, a décidé d'apporter son soutien à Macky Sall, comme tous les candidats d'opposition battus au premier tour du 26 février et la plupart des organisations de la société civile.

Les douze candidats battus ont créé autour de M. Sall une nouvelle coalition, le Rassemblement des forces du changement (RFC)/Benno bok Yaakkar (unis pour le même espoir en langue wolof), qui mène campagne en sa faveur.