Présidentielle en Zambie: de nouveaux incidents pendant le dépouillement

Par La rédaction

LUSAKA (AFP) - (AFP)

De nouveaux incidents ont éclaté au lendemain de l'élection présidentielle mercredi en Zambie où des électeurs en colère ont jeté des pierres sur la police et sur les véhicules de la commission électorale à Solwezi (nord-ouest), selon la police.

"Il y a eu des violences à Solwezi.Nos hommes sont sur place pour calmer la situation", a indiqué un porte-parole de la police nationale, Ndandula Siamana à l'AFP.

Dans cette localité minière de la province du Nord-Ouest, les riverains ont accusé les employés de la commission électorale de vouloir transporter les urnes vers le centre de dépouillement sans les avoir scellées.

Un témoin, sympathisant du Front patriotique (FP, opposition), a indiqué que les incidents avaient démarré après une dispute entre les employés de la Commission et des électeurs.

"Nous avons découvert que certaines urnes n'étaient pas scellées et nous ne pouvions pas laisser ça continuer, donc nous avons demandé à l'ECZ (la Commission électorale de Zambie) des explications, qu'elle n'a pas données.De là les émeutes", a raconté à l'AFP Moffart Jere.

La police a utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser la foule, a-t-il dit.

Plus de cinq millions de Zambiens étaient appelés aux urnes mardi pour choisir leur président et leurs députés.Dans la matinée, des violences avaient éclaté dans des quartiers déshérités de Lusaka où des supporteurs de Michael Sata, le challenger du président sortant Rupiah Banda, ont crié à la fraude et ont déclenché un début d'émeute.

Selon la Commission électorale et les observateurs de l'Union européenne, les incidents ont été isolés et pas de nature à compromettre la probité du scrutin.