RDC: combats entre groupes armés rivaux au Sud-Kivu

Par AFP

AFRICA RADIO

De violents combats opposent depuis mercredi deux groupes armés rivaux dans la province du Sud-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), a-t-on appris de sources concordantes, faisant état de plusieurs milliers de déplacés.

Ces affrontements se déroulent dans la zone de Bijombo, dans les Hauts plateaux de la province, dominant le lac Tanganyika et la ville d'Uvira, frontalière avec le Burundi.Ils opposent des groupes Maï-Maï locaux, nommés Biloze Bishambuke, aux combattants "Twigwaneho" d'un colonel déserteur de l'armée, Michel Rukunda, issus de la communauté locale rwandophone Banyamulenge."Hier et ce matin, les Twigwaneho et leurs alliés ont attaqué nos positions sur trois axes, à savoir Kamishisha, Rubenga et Rubarati", a déclaré par téléphone à l'AFP le porte-parole des Maï-Maï, Aimable Nabulizi."Nous avons perdu un de nos éléments et trois civils ont été blessés dans ces combats", a indiqué ce porte-parole, faisant état de trois tués dans l'autre camp.Interrogé par l'AFP, le porte-parole de l'armée dans la région, le capitaine Dieudonné Kasereka, a confirmé ces combats. "Nous n'avons pas encore tous les détails sur ces derniers combats d'hier et de ce matin, mais la réalité est que ces groupes armés s'affrontent depuis bientôt un mois, provoquant les déplacements des populations"."On compte actuellement environ 5.000 déplacés en provenance des Hauts plateaux", a précisé le capitaine Kasereka.La radio onusienne Okapi a également rapporté ces violences, évoquant "de violents combats entre deux milices"."Nous sommes pour le moment à plus de 4.000 déplacés en provenance des Haut plateaux qui ont trouvé asile dans la plaine de la Ruzizi", au nord d'Uvira, a déclaré à l'AFP un représentant de ces déplacés, Félix Serayi."Nous vivons la plupart dans des familles d'accueil, sans assistance, nous vivons par l'aide des personnes de bonne volonté", a-t-il souligné.Malgré de nombreuses tentatives de stabilisation, les conflits sont récurrents depuis des années dans cette partie montagneuse du Sud-Kivu entre groupes armés issus des communautés locales Babembe, Banyamulenge, Banyindu et Bafulero.Par ailleurs, dans la ville d'Uvira, un officier supérieur en état d'ébriété a tué par balles, dans la nuit de mercredi à jeudi, un avocat, au cours d'une dispute dans un bistrot, selon le capitaine Kasereka.Cette mort a provoqué jeudi matin des incidents dans la ville, où un poste de police a été incendié par des habitants en colère, selon un représentant de la société civile.