RDC: plus de 70 recommandations pour améliorer le climat des affaires

29 août 2012 à 19h25 par La rédaction


KINSHASA (AFP) - (AFP)

Plus de 70 recommandations ont été arrêtées au terme d'assises sur l'amélioration du climat des affaires et des investissements en République démocratique du Congo (RDC) organisées à Kinshasa, a constaté l'AFP.

La rencontre, portant notamment depuis lundi sur la fiscalité et la lutte contre la corruption, a été mise en place par le ministre congolais du Plan, Célestin Vunabandi Kanyamihigo.

Les mesures concernent la création d'entreprises, le commerce transfrontalier et le paiement d'impôts et de taxes.

"La RDC applique le taux d'impôts commerciaux le plus élevé au monde et c'est un des pays les plus chers pour pratiquer le commerce transfrontalier", avait expliqué à l'ouverture l'ambassadeur de Grande-Bretagne Neil Wigan.

"Si nous avons tenu à engager une réforme forte" dans le domaine des affaires, c'est qu'il y avait +beaucoup d'intervenants et beaucoup de temps perdu+", a déclaré Célestin Vunabandi lors de la conférence de presse finale.

"Créer une entreprise dans ce pays pouvait se faire parfois en plusieurs mois, les frais n'étaient pas d'avance connus.Finalement, le tout dépendait des personnes croisées sur son chemin", a ajouté le ministre promettant la "fin à toutes ces tracasseries".

Il est notamment prévu de "remplacer l'autorisation d'ouverture d'activités économiques et commerciales par la commune par une simple déclaration d'établissement ne faisant l'objet d'aucun paiement", selon la synthèse du rapport général des assises.

Quant à la multiplicité des taxes et les impôts frauduleux, les participants ont proposé de "regrouper les déclarations fiscales" et de mettre en place un "système de paiement unique des impôts et taxes dus".

"Toute tentative d'agent ou cadre de nos administrations fiscales et douanières qui pourrait se livrer à la fraude sera châtié sévèrement", a menacé le ministre du Plan.

Les recommandations doivent être validées par le Comité de pilotage pour l'amélioration du climat des affaires et des investissements (CPCAI), puis présentées au gouvernement.

Les assises se sont notamment tenues en présence de représentants de la Banque Mondiale, de l'ONU et du monde des affaires congolais.

Le Premier ministre Augustin Matata Ponyo avait annoncé lundi des efforts pour garantir un service public à même de "lutter effectivement contre les tracasseries, contre la corruption, qui privent l'Etat des moyens dont il a besoin et décourage les investisseurs potentiels".

L'ancienne colonie belge occupe le 178e rang sur 183 pays dans le classement Doing Business 2012 de la Banque Mondiale, qui évalue par indices le climat des affaires.Soit deux places de moins par rapport au classement de l'année précédente.

Dernier article