Recrudescence de la piraterie sur les mers du monde

Par La rédaction

LONDRES (AFP) - (AFP)

Les actes de piraterie sur les mers du monde sont en forte hausse et les pirates, armés jusqu'aux dents, se montrent de plus en plus audacieux et violents, indique un rapport international publié jeudi.

Sur les six premiers mois de 2011, les bandits des mers ont mené 266 attaques dans le monde, contre 196 au cours de la même période en 2010, précise ce rapport du Bureau international maritime (BIM).

A eux seuls, les pirates somaliens ont réalisé 60% de ces attaques.Fin juin, ils contrôlaient toujours 20 navires et détenaient 420 otages, réclamant des millions de dollars en échange de leur libération, ajoute le Centre de suivi de la piraterie du BIM.

Les pirates recourent aussi à de nouvelles méthodes et ne sont désormais plus échaudés par les tempêtes pour prendre d'assaut les bateaux.Il y a cinq ans encore, précise le rapport, les pirates étaient armés de simples couteaux.Désormais, les pétroliers sont attaqués avec des armes automatiques et des lance-roquettes.

Ce rapport, publié avant la tenue jeudi d'une réunion aux Nations-Unies sur la question, précise que les attaques se concentrent surtout dans le golfe d'Aden (entre la Somalie et le Yémen), sillonné par les pétroliers du monde entier.

Les pirates somaliens ont commis 163 attaques lors des six premiers mois de l'année, contre 100 à la même période l'an dernier.Cependant, cette année, ils ne se sont emparés que de 21 navires, contre 27 sur la même période l'an dernier, en raison de la multiplication des patrouilles de navires de guerre.Sur l'ensemble des mers du monde, les pirates ont pris en otage 495 marins, en ont tué sept et blessé 39. Les pirates somaliens ont capturé 361 otages.

Les attaques violentes sont également en hausse au large de la côte ouest de l'Afrique, notamment au Bénin où 12 pétroliers ont été attaqués depuis mars alors qu'aucun incident n'avait été signalé en 2010.Même chose au large du Nigeria où trois navires ont été pris d'assaut, deux autres ont essuyé des tirs et un troisième a fait l'objet d'une tentative d'attaque, indique le rapport.Le BIM affirme cependant que les mers autour du Nigeria sont plus dangereuses que ne le laisse entendre son rapport, puisqu'il dit être au courant d'au moins 11 autres incidents qui ne lui ont pas été officiellement signalés.

Cinquante incidents ont été enregistrés dans les six premiers mois de l'année en Indonésie, en Malaisie, dans le détroit de Singapour et en mer de Chine du sud.