Retour de plus de 500 Nigérianes bloquées en Arabie

Par La rédaction

KANO (Nigeria) (AFP) - (AFP)

Plus de 500 Nigérianes sur un total d'un millier bloquées depuis cinq jours à la Mecque où elles étaient parties en pèlerinages sont rentrées jeudi soir à Abuja alors que le Nigeria a suspendu pour 48 heures tous les vols de pèlerins vers l'Arabie Saoudite, selon un communiqué officiel nigérian.

511 femmes sont arrivées à l'aéroport international de Kano, dans le nord du Nigeria, à 20h13 (19h13 GMT) à bord d'un vol en provenance de �?dam où elles ont été retenues parfois pendant cinq jours dans les locaux de l'aéroport saoudien, dans des conditions humiliantes, a précisé le communiqué.

Selon les autorités saoudiennes, ces femmes ont été empêchées d'entrer parce qu'elles n'étaient pas accompagnées par un "mahram", un homme ayant autorité légale.

"Après consultation de tous les intéressés, la Commission nationale (nigériane) du pèlerinage a été contrainte de suspendre provisoirement tous les vols pour le pèlerinage pour les prochaines 48 heures", a-t-elle annoncé dans son communiqué.

L'immobilisation des Nigérianes à l'aéroport international de Djeddah depuis dimanche est "un événement sans précédent et très inquiétant", a estimé la Commission, qui va "évaluer la situation en profondeur".

Cent soixante et onze femmes étaient rentrées au Nigeria mercredi et encore 102 jeudi, selon les responsables de l'aéroport de Djeddah.

Plusieurs Nigérianes ont dit avoir été obligées de rester à l'aéroport d'�?dam jusqu'à cinq jours, dans, selon elles, des conditions humiliantes.

"Quelques unes d'entre nous ont été gardées dans deux halls pendant cinq jours dans des conditions humiliantes avec peu de nourriture et d'eau un accès limité aux toilettes", a déclaré une des femmes, Zainb Mohammed.

"Beaucoup d'entre nous avaient froid et de la fièvre.Nous n'avions pas de couvertures et il faisait froid, particulièrement la nuit.Il est évident que nous allons manquer le hadj", a-t-elle ajouté, faisant référence à un des cinq piliers de l'Islam, qui doit être être accompli par les musulmans au moins une fois dans sa vie s'ils en la capacité.

Une autre femme, Maryam Abdullahi, a expliqué que des officiels les avaient humiliées.

"Je n'ai jamais été si triste dans ma vie que lors des trois derniers jours.Nous étions détenues comme des criminelles dans des conditions dégradantes.Nous méritions un traitement humain et, en tant que femmes et mères, nous devons être traitées avec respect, alors que les Saoudiens ont montré qu'ils n'avaient pas de coeur", a-t-elle dit.

Le président nigérian Goodluck Jonathan a mis en place mercredi une équipe de cinq négociateurs pour discuter avec les autorités saoudiennes.

Les responsables nigérians et saoudiens ont eu une "rencontre fructueuse" sur cette question jeudi à Abuja, a indiqué à la presse le chef de l'équipe de négociateurs nigérians, Aminu Tambuwal, sans donner de détail.

Environ trois millions de musulmans du monde entier ont accompli l'an dernier le pèlerinage de La Mecque.Le Nigeria compte 160 millions d'habitants, dont environ la moitié de musulmans.

L'Arabie saoudite, un pays ultraconservateur, applique une interprétation rigoriste de l'islam.Les femmes sont obligées de sortir voilées et ne peuvent voyager sans escorte de leur mari ou d'un proche.Elles ne peuvent pas non plus conduire.