Sénégal: le régulateur intervient dans la bataille autour des paiements mobiles

Par AFP

AFRICA RADIO

L'autorité de régulation des télécoms au Sénégal est intervenue dans la bagarre qui oppose la Sonatel, opérateur actif en Afrique de l'Ouest sous la marque commerciale Orange, et la start-up américaine Wave dans le secteur des transferts d'argent et des paiements mobiles.

Wave avait annoncé début juin avoir saisi l'Autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) parce que la Sonatel bloquait selon elle l'achat de crédit téléphonique Orange via la plateforme de Wave.Wave disait bénéficier du droit de vendre du crédit téléphonique "dans les mêmes conditions qu'une filiale de monnaie électronique d'une entreprise de télécommunication", référence apparente à la filiale de la Sonatel, Orange Finances Mobiles.La Sonatel affirmait, quant à elle, avoir fait à Wave, pour permettre à cette dernière de distribuer du crédit téléphonique Orange, une offre technique et tarifaire équivalente à celles proposées aux autres prestataires. Mais Wave a réclamé de la Sonatel une "rémunération supérieure à ce que nous lui avons proposé pour couvrir les gratuités qu'il offre", a assuré la Sonatel sur les réseaux sociaux.L'ARTP a indiqué dans un communiqué publié samedi sur les réseaux sociaux avoir "demandé" à la Sonatel d'accorder à Wave Mobile Money "les mêmes conditions" qu'à sa propre filiale Orange Finances Mobiles.Cette "demande" est faite "à titre conservatoire" avant un règlement du litige, a souligné l'ARTP.Wave proclame sur son site internet offrir le premier réseau de services financiers sans frais de gestion de compte, sur un continent africain où une faible minorité de la population a accès à un compte bancaire. Son arrivée récente sur le marché sénégalais a confronté la Sonatel à une nouvelle concurrence, notamment dans le secteur des transferts d'argent, courants dans la vie quotidienne au Sénégal.L'ARTP "trouvera une solution, en toute impartialité, tout en préservant l'équilibre du secteur, les intérêts des consommateurs et de toutes les parties prenantes", a-t-elle promis.