Soudan: Khartoum propose un accord pour la région d'Abyei jusqu'à un vote

Par La rédaction

KHARTOUM (AFP)

 Le pouvoir nordiste à Khartoum a fait de nouvelles propositions pour résoudre la crise dans la région disputée d'Abyei prévoyant une administration tournante et le maintien de son armée jusqu'à la tenue d'un référendum.

Le 21 mai, l'armée nordiste a pris le contrôle d'Abyei et s'est déployée jusqu'à plusieurs kilomètres plus au sud, jusqu'à la rivière Bahr al-Arab, appelé Kiir dans le Sud, faisant craindre une nouvelle guerre civile entre le Nord musulman et le Sud chrétien.

La ville d'Abyei est située à la lisière Nord et Sud du pays.

Les propositions de Khartoum incluent "le maintien de l'armée au nord de la rivière Bahr al-Arab sans qu'elle ne participe à aucune fonction administrative jusqu'à ce qu'une solution définitive soit trouvée via un référendum", a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué cité mercredi par l'agence Suna.

Il a également suggéré que la région soit administrée d'abord par la présidence soudanaise, qui passerait la main le 8 juillet à un comité mixte Nord-Sud.Celui-ci serait dirigé alternativement par les Sudistes et les Nordistes.

 Le ministère a appelé à remplacer les forces de maintien de la paix de l'ONU par une force "plus efficace" avec "un caractère africain".

Le Soudan a remis mardi au secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon un lettre pour demander la fin de la mission de l'ONU dans le pays (Unmis) le 9 juillet, date prévue pour l'accession à l'indépendance du Sud-Soudan.

Aucun responsable gouvernemental sudiste n'était immédiatement disponible pour commenter ces propositions.Mais il apparaît improbable qu'elles soient acceptées, le président sudiste Salva Kiir ayant exigé le retrait des troupes nordistes d'Abyei les qualifiant d'"envahisseurs".

Environ 60.000 personnes ont fui vers le sud du Soudan après la prise d'Abyei et le nombre de ces déplacés croît sans cesse, selon le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés.