Soudan: les rebelles du JEM vont signer un accord pour protéger les enfants

19 juillet 2010 à 7h48 par La rédaction

GENEVE (AFP)

Le Mouvement pour la justice et l'égalité (JEM), le plus militarisé des groupes rebelles du Darfour, va signer mercredi à Genève un accord avec l'ONU sur la protection des enfants, ont annoncé lundi les médiateurs, notamment pour lutter contre l'usage d'enfants soldats.

"Le JEM s'engage à prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la protection des enfants au Darfour", a indiqué le Centre pour le dialogue humanitaire, qui a négocié cet accord.

Le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) bénéficiera quant à lui "d'un libre accès à tous les sites du JEM pour contrôler la conformité de l'accord" et le mouvement rebelle mettra à disposition un responsable qui supervisera sa mise en place, ont précisé les médiateurs dans un communiqué.

Le directeur de l'Unicef pour le Soudan, Nils Kastberg, va participer à la cérémonie de signature mercredi à Genève et la délégation du JEM sera dirigée par le responsable de la coordination humanitaire, Suleiman Jamous et le porte-parole Ahmed Hussein.

Pour M. Kastberg, la signature de ce document "est un important précédent qui, nous l'espérons, va être suivi par tous les partis engagés dans le conflit du Darfour".

D'autres mouvements "vont certainement en prendre connaissance et se demander s'ils ne devraient pas faire la même chose", a indiqué à l'AFP le conseiller en affaires humanitaires du Centre et médiateur, Dennis McNamara.

L'un des problèmes clés concernant les enfants au Darfour est leur utilisation en tant qu'enfants soldats.

Le porte-parole du JEM a affirmé à l'AFP qu'"il n'y (avait) pas d'enfant soldat" recruté par le mouvement."La signature de l'accord ne veut pas dire que le JEM a recruté des enfants soldats.Ce n'est pas vrai", a souligné M. Hussein, ajoutant vouloir "donner un exemple" notamment pour l'éducation.

Si des responsables de l'ONU devaient trouver des enfants dans des secteurs militaires ou de conflit, ils devraient les en retirer, a précisé McNamara.

L'Unicef a estimé fin 2008 qu'il y avait 6.000 enfants soldats au seul Darfour, les plus jeunes ayant 11 ans et la moyenne d'âge se situant entre 15 et 17 ans.

Le Darfour, vaste région semi-désertique de l'ouest du Soudan, est le théâtre depuis sept ans d'une guerre civile complexe à l'origine de 300.000 morts selon les estimations de l'ONU, 10.000 d'après Khartoum, et 2,7 millions de déplacés.