Tchad: le conflit agriculteurs-éleveurs "aggravé par les autorités"

Par AFP

AFRICA RADIO

Le conflit entre agriculteurs et éleveurs dans l'est du Tchad, phénomène récurrent depuis des années dans cette zone sahélienne où se cotoient différentes communautés, a été "aggravé" par les actions des autorités, a affirmé samedi une ONG tchadienne.

"Nos deux missions (dans la région du Ouaddaï) ont réussi à établir de façon formelle que les actes posés par le gouvernement (...) concourent toujours à aggraver ces conflits devenus récurrents ces derniers temps", a déclaré samedi Mahamat Nour Ahmed Ibedou, secrétaire général de la Convention tchadienne de défense des droits humains (CTDDH).Le rapport de l'ONG, qui couvre la période allant de 2016 à fin 2018, estime que 69 personnes ont été tuées dans des conflits entre des agriculteurs sédentaires ouaddaïens et des éleveurs nomades arabes, dans cette région de l'est tchadien frontalière du Soudan.La CTDDH affirme que des autorités locales, propriétaires de troupeaux de chameaux et autres bétails, "arment les bergers" qui disposent ensuite d'armes à feu utilisées en cas de conflit.Pour l'ONG, c'est cette "mauvaise gouvernance" qui est à la source de la recrudescence des violences."Ces affrontements intercommunautaires n'auraient jamais existé dans leurs intensités actuelles si les responsables locaux ne les avaient pas encouragés directement et indirectement à l'initiative et sur la supervision des autorités", estime l'ONG.L'ONG recommande de "créer une commission nationale qui sera chargée de désarmer tous les éleveurs et certains agriculteurs détenteurs illégaux d'armes de guerre".Début décembre, le ministre de l'Administration territoriale, Mahamat Abali Salah, est venu dans le Ouaddaï où il a demandé aux autorités de "désarmer les civils".Pour éviter les conflits entre agriculteurs et éleveurs, la CTDDH exhorte aussi les autorités à la mise en place de couloirs de transhumance "en vue de prévenir toute incursion de bétails dans les champs avant l'enlèvement des récoltes".Fin novembre, une dizaine de personnes avaient été tuées dans des affrontements entre agriculteurs et éleveurs à une soixantaine de km d'Abeche, la principale ville de l'est du Tchad.