Un journaliste algérien condamné par contumace à 7 ans de prison

17 février 2021 à 15h22 par AFP

AFRICA RADIO

Un journaliste algérien résidant en France, Hichem Aboud, a été condamné mercredi par contumace à sept ans de prison ferme par un tribunal algérois, rapporte l'agence officielle APS.

"Le tribunal de Chéraga à Alger a prononcé une peine de sept ans de prison ferme avec l'émission d'un mandat d'arrêt international contre Hichem Aboud", précise APS.Ses coaccusés, Mouloud Meghzi et Amor Kharrat, ont été condamnés à deux ans de prison, dont un an ferme, avec la confiscation de tous les biens saisis.Les trois prévenus étaient accusés par Sofiane Nezzar, fils d'un ex-ministre de la Défense à la retraite, le général Khaled Nezzar, "d'avoir divulgué des informations confidentielles".Ils étaient également poursuivis pour "atteinte à l'unité nationale" et "participation à une entreprise de démoralisation de l'armée".Le parquet avait requis dix ans de prison contre M. Aboud et quatre ans contre ses deux coaccusés. Hichem Aboud a fui l'Algérie via la Tunisie en août 2013 alors qu'il était sous le coup d'une interdiction de sortie du territoire national. Il vit désormais en France.Il avait auparavant travaillé dans plusieurs journaux en Algérie, et fondé et dirigé le quotidien francophone Mon Journal et sa version arabe Jaridati.Se présentant comme un ancien membre des services secrets, Hichem Aboud avait publié en France en 2002 un livre de témoignage, "La Mafia des généraux".En 2006, il avait intenté un procès au général Nezzar devant la justice française.Hichem Aboud publie régulièrement des vidéos liées à l'actualité algérienne, dénonçant notamment les arcanes du pouvoir ainsi que les accointances de certaines personnalités, politiciens et partis politiques avec le pouvoir.