Niger: démantèlement d'un trafic de migrants entre l'Afrique de l'Ouest et l'Europe

AFRICA RADIO

26 janvier 2022 à 19h51 par AFP

Une vingtaine de membres d'un réseau de trafic de migrants ouest-africains transitant par le Niger vers l'Europe, ont été interpellés dans le cadre d'une enquête conjointe des polices nigérienne, française, et espagnole, a appris jeudi l'AFP de source policière nigérienne.

"Au total, une vingtaine de personnes ont été interpellées à Niamey et à Maradi (ville nigérienne dans du sud proche du Nigeria) et une multitude d'objets et de faux documents saisis", a indiqué la police nigérienne dans un communiqué. L'enquête "d'une dizaine de jours" a révélé que les trafiquants de migrants opèrent entre la Côte d'Ivoire, le Bénin, le Nigeria, le Togo, le Niger et l'Europe, selon le communiqué. La filière démantelée "est structurée" par "catégorie d'activité": certains membres du groupe "organisent et facilitent" le trafic des migrants "à destination de l'Europe par voie aérienne avec l'usage de documents d'identité et/ou de voyage frauduleux". D'autres "confectionnent de faux documents administratifs et privés", selon la police. Des titres et documents de voyage et de séjour, du matériel informatique "de dernière génération", des pièces d'Etat civil et des attestations de test négatif au Covid-19, ont notamment été saisis. Quatre véhicules, dont un portant une fausse plaque d'immatriculation "Député national" ont également été confisqués. En octobre 2021, une enquête de policiers français, espagnols et nigériens, avait débouché sur l'arrestation de membres d'un réseau de trafic de migrants à Zinder - région voisine de Maradi - alors qu'ils transportaient une quinzaine de migrants. Le principal logeur avait également été interpellé alors qu'il hébergeait une quinzaine d'autres migrants à son domicile à Maradi. Ce trafic avait pour origine la ville de Kano au Nigeria, d'où étaient originaires les clandestins qui devaient rallier l'Europe. Les trafiquants devaient les mener en Grèce ou en Italie en passant par la Libye, avait précisé le ministère français de l'Intérieur. Le nord désertique du Niger proche de la Libye, est un corridor réputé pour le trafic de migrants, de drogue, d'armes, et abrite également des groupes jihadistes. Des centaines de migrants, égarés ou abandonnés en plein désert par les passeurs sont régulièrement sauvés par des équipes de patrouilles nigériennes et de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).