Nouvelle application Africa Radio

Niger: un premier avion évacuant des Français a décollé de Niamey (cheffe de la diplomatie française à l'AFP)

Un premier avion évacuant essentiellement des Français a décollé mardi soir de Niamey et se posera "en début de nuit" à l'aéroport de Paris-Roissy Charles de Gaulle, a annoncé à l'AFP la ministre française des Affaires étrangères, quelques jours après le coup d'état militaire au Niger.

AFRICA RADIO

1er août 2023 à 21h06 par AFP

"Il y a 262 personnes à bord de l'avion qui est un Airbus A330, dont une douzaine de bébés", a indiqué Catherine Colonna. "La quasi totalité des passagers sont des compatriotes", a-t-elle précisé, ajoutant qu'il y avait "quelques ressortissants européens". D'autres passagers, "avec davantage d'Européens", étaient en train d'embarquer dans un deuxième avion vers 18H20 GMT. Il décollera prochainement, également de l'aéroport civil de Niamey, a également indiqué la cheffe de la diplomatie française. "Il y a 600 Français qui ont exprimé clairement leur intention de partir et il y a un peu moins de 400 Européens", a-t-elle également précisé. Un troisième vol est programmé. "On a indiqué que nous souhaitions que l'opération d'évacuation se tienne dans les 24 heures, si possible, de la mi-journée aujourd'hui à la mi-journée demain", a enfin souligné la ministre. "Il n'y aura pas d'accueil politique" ce sera "un accueil technique" avec notamment des équipes du centre de crise du ministère des Affaires étrangères, la Croix rouge et une association pour aider à trouver un hébergement pour ceux qui en auraient besoin. La France a décidé d'évacuer dès mardi ses ressortissants du Niger, "compte tenu de la situation à Niamey", avait annoncé mardi matin le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. Le Quai d'Orsay justifie cette décision par les "violences qui ont eu lieu contre notre ambassade avant-hier et la fermeture de l'espace aérien qui laisse nos compatriotes sans possibilité de quitter le pays par leurs propres moyens". Un coup d'Etat au Niger, mené par le général Abdourahamane Tiani, a renversé le président élu Mohamed Bazoum la semaine dernière. Le général Tiani a justifié ce putsch par "la dégradation de la situation sécuritaire" dans un pays miné par la violence de groupes jihadistes. Des milliers de manifestants pro-putschistes se sont ensuite réunis dimanche devant l'ambassade de France à Niamey, capitale du Niger, avant d'être dispersés par des grenades lacrymogènes.