Nigeria: le parti du président Buhari perd un scrutin régional clé

Par AFP

AFRICA RADIO

Le parti du président nigérian Muhammadu Buhari a perdu une élection régionale dans l'Etat d'Anambra (sud-est) considérée comme un test majeur avant la présidentielle de 2023, selon les résultats officiels annoncés mercredi.

Charles Chukwuma Soludo, ex-patron de la banque centrale du Nigeria et candidat de la Grande alliance des progressistes (APGA), a été largement élu gouverneur avec 112.000 voix, loin devant le candidat du Congrès des progressistes (APC) au pouvoir, a annoncé la Commission électorale nationale indépendante (Inec). "Notre peuple s'est exprimé de manière écrasante", s'est réjoui M. Soludo dans un discours, appelant ses rivaux à reconnaître le résultat. M. Buhari a félicité M. Soludo pour sa victoire, l'exhortant au passage à relever les défis auxquels font face l'Etat et la région. Plus de 30.000 policiers avaient été déployés pour sécuriser cette élection organisée samedi, après une série d'attaques attribuées au Mouvement indépendantiste pour les peuples indigènes du Biafra (Ipob), qui prône la sécession du sud-est du Nigeria. A 18 mois de la présidentielle, le scrutin était un test grandeur nature pour les autorités du pays le plus peuplé d'Afrique (210 millions d'habitants) en proie à une insécurité généralisée. Le scrutin organisé dans l'Etat d'Anambra s'est déroulé sans violence, mais l'Inec avait repoussé à mardi le vote dans le district d'Ihiala en raison de "menaces sécuritaires". Le vote a également été émaillé par des problèmes techniques liés à la technologie de reconnaissances faciale et digitale, ralentissant considérablement les opérations. Outre la mouvance séparatiste, le Nigeria doit faire face à des gangs criminels qui se livrent à des enlèvements de masse dans le nord-ouest et le centre, et à une insurrection jihadiste vieille de 12 ans dans le nord-est. Muhammadu Buhari, élu une première fois en 2015 puis réélu en 2019, termine son deuxième mandat sous le feu de critiques, en raison de l'incapacité des forces de sécurité à à mettre fin aux violences dans le pays.