Nigeria : “On ne connait pas encore le niveau de sécurité du nouveau e-Naira” - Yves Amaïzo, économiste

Par Lilanne Nyatcha / Africa Radio Paris

Yves Amaïzo

Le président du Nigeria Muhammadu Buhari a officiellement lancé lundi, une nouvelle version numérique de la monnaie d’Etat, l'e-Naira. Une révolution majeure dans le système de financement pour le pays et le reste de l’Afrique. Pour le comprendre, Lilianne Nyatcha a interrogé Yves Ekoué Amaïzo, économiste spécialisé en stratégies et Directeur de Afrocentricity basé à Vienne en Autriche. 

Comment fonctionne ce nouvel outil financier ?

Pas grand changement dans le fond avec les outils classiques qu’on utilise. Ce qui va se passer c'est qu'on va pouvoir maintenant faire des transactions directement par internet sans nécessairement avoir la monnaie physique entre les doigts. Et cela est complètement différent de tout ce qui se passe avec les cryptomonnaies qui fonctionnent avec la blockchain. Donc, il faut pouvoir faire cette distinction.

N’est-ce pas le même système avec les services de transferts d’argents ? Une personne qui est dans un espace autre que celui avec qui il veut échanger, procède de cette même manière via ces services. En quoi est-ce différent?

Il serait plus intéressant de voir dans les détails, c’est-à-dire ce que le gouvernement prévoit précisément derrière cette initiative. Ce que vous dites reste valable car il n’y a pas grand changement. Seulement la nouvelle a été annoncée officiellement et je pense que l'ensemble des transactions sont entre guillemets contrôlé par le Nigéria. Je pense qu’avant, beaucoup de transactions que l’on faisait vers le pays passaient par des canaux qui n'étaient certainement pas contrôlés par le Nigeria encore moins les autres pays africains de manière générale.

En quoi le e-Naira est différent de bitcoin ?

Le bitcoin est une structure décentralisée autonome indépendante alors que l’e-Naira appartient à l’Etat du Nigeria qui a une banque centrale. L’un est centralisé et contrôlable par un état tandis que l'autre ne l'est pas du tout. Est-ce que l'un peut remplacer l'autre ? Non pas du tout. Vous allez continuer à faire vos opérations avec ce qu'on appelle la blockchain de bitcoin dans lequel le gouvernement nigérian ne pourra jamais mettre les pieds. 

C'est pourtant ce qu'ils essaient de faire, mais ils n’y arriveront pas. Même les hackers informatiques qui essaient de pirater ce système depuis longtemps n'y arrivent pas parce que c'est un système autonome décentralisé. Ce qui veut dire que tout le monde a une petite portion du système de transaction et si vous l'attaquez, le système de lui-même, en automatique, se redécentralise. Donc personne n’a ni le temps ni les moyens de pouvoir attaquer un système bitcoin. Par contre, on ne connait pas encore le niveau de sécurité du nouveau e-Naira.

A vous entendre le e-Naira nigérian mis en place ne va pas résoudre le problème du contrôle du flux financier que pose le bitcoin

Si le Nigéria ne donne pas ce qu’on appelle le pouvoir libératoire, s’il ne veut pas que les cryptomonnaies, le bitcoin ou d'autres viennent sur son sol, il a le droit de l'interdire. Mais attention, l'interdiction ne voudrait pas dire que vous et moi par exemple qui sommes en cryptomonnaie n'allons pas continuer à faire nos transactions. On poursuivra tout simplement dans notre système sauf que le gouvernement nigérian ne sera pas au courant c'est tout.

C'est ça le fond du problème : la plupart de nos dirigeants africains croient souvent à tort qu’ils peuvent tout décréter. Ce qui ne fonctionne pas dans le monde décentralisé.

Le Nigéria est la première puissance économique africaine et aussi le premier pays du continent à lancer sa propre monnaie numérique. Quels sont les facteurs qui ont contribué à faire de ce pays un leader financier ?

Il faut remonter quand même dans les deux trois dernières décennies. Il faut reconnaître que le gouvernement nigérian a pris conscience très tôt qu'il était important de regrouper son secteur bancaire pour avoir une certaine influence dans le monde.

Et ils l’ont fait depuis très longtemps, c’est pour quoi vous verrez qu’il y a une multitude de banques au Nigéria. Ce qui leur a donné une force de frappe dans le financement de l’économie locale, contrairement à ce qui se passe dans la zone Franc et partout en Afrique en général.

 

Decryptage