RDC : Accusées d'être des sorcières, elles sont brulées vives

Par Myriam Iragi - Africa Radio Kinshasa

RDC femmes

Des femmes accusées de sorcellerie sont lynchées puis brûlées vives par la population sans aucune autre forme de procès. Au Sud-Kivu, province située dans la partie Est du pays, le monitoring effectué entre juin et septembre 2021 par l'Association des Femmes des Médias, AFEM, a rapporté plus de 300 cas d'accusations sorcières en l'endroit des femmes. 5 parmi elles ont malheureusement connue une mort atroce, lapidée puis brûlées dans la rue. Et 4 autres amenées en brousse vers une destination inconnue.

Parmi les victimes, on compte les femmes de troisième âge et des filles mineurs. Elles sont pointées du doigt comme responsables des malheurs qui frappent la communauté, en cas par exemple de décès ou maladie. Celle qui réussissent à échapper au lynchage sont contraintes de vivre dans la clandestinité, leurs maisons brûlées, et leurs membres de famille discriminées ou chassées. 
 
Yves Heri, neveu d'une des victimes habitant de Kalehe, territoire qui arrive en tête des cas, raconte comment sa tante à connu cette fin tragique sans aucun secours. 
 
Nelly Adidja de l'Association des Femmes des Médias qui a documenté ces cas, cite parmi les causes de ce phénomène, les fausses prophéties et la pauvreté. 
 
Contacté, le ministre nationale des Droits Humains, Albert Fabrice Puela a fermement condamné ces pratiques qui Violent les prescrits des lois nationales et internationales qui consacrent le droit à la vie. En droit pénal congolais, il n'y a pas d'infraction dite sorcellerie, a renchéri Albert-Fabrice Puela. Il a promis de prendre langue avec sa collègue du genre dans les prochains jours afin de statuer sur la question.
RDC femmes brulées