Soudan du Sud: les experts de l'ONU recommandent un maintien de l'embargo sur les armes

AFRICA RADIO

7 mai 2022 à 17h21 par AFP

Le groupe d'experts de l'ONU sur le Soudan du Sud recommande un maintien de l'embargo sur les armes frappant le pays, qui doit arriver à échéance fin mai, dans un rapport publié samedi.

Le renouvellement de cet embargo, prolongé en mai 2021 pour une durée d'un an, ainsi que d'un certain nombre de sanctions individuelles, doit être débattu le 26 mai au Conseil de sécurité. L'embargo sur les armes a fait l'objet de violations depuis sa prolongation, notamment de la part du gouvernement qui a importé des véhicules blindés de transport de troupes, selon les experts. Ils estiment par ailleurs que l'accord de paix de 2018, qui a mis fin à cinq ans d'une sanglante guerre civile entre les rivaux Salva Kiir et Riek Machar (400.000 morts, 4 millions de déplacés), "loin d'apporter des modifications en profondeur au système politique de prédation au Soudan du Sud, (...) s'est révélé lui-même être un outil lucratif aux mains de la classe politique, en proie à des luttes de pouvoir". Cet accord a instauré le principe d'un partage du pouvoir dans un gouvernement d'union nationale, formé en février 2020 avec Kiir au poste de président et Machar comme vice-président. Mais leurs rivalités persistent, laissant de nombreuses dispositions de l'accord inachevées et donnant lieu à des affrontements armés entre leurs factions. Le rapport souligne, malgré certains "progrès", l'état désastreux aux plans sécuritaire, économique et humanitaire du plus jeune pays du monde, qui a obtenu son indépendance du Soudan en 2011. "Les civils ainsi que bon nombre de dirigeants politiques, militaires et de la société civile sont profondément sceptiques quant aux chances de l'accord de paix d'apporter la paix et la stabilité au Soudan du Sud, tant qu'un changement de cap radical n'aura pas été opéré", écrivent les experts. "Les calculs politiques à somme nulle qui sont au coeur du processus politique national ont alimenté les rivalités et les animosités infranationales, suscitant une violence meurtrière qui a entraîné le déplacement de dizaines de milliers de civils ainsi que de graves violations des droits humains, notamment la violence sexuelle et fondée sur le genre, qui est devenue la marque tragique du conflit au Soudan du Sud", soulignent-ils. Le rapport dénonce également les détournements de l'argent public, ainsi que de la manne pétrolière, dans une gestion "anarchique des finances publiques" qui aggrave les difficultés économiques. "La situation de millions de civils sur le terrain ne fait que se dégrader. La violence infranationale et les déplacements qu'elle entraîne se sont conjugués aux inondations pour créer des niveaux sans précédent d'insécurité alimentaire dans la majeure partie du pays", ajoute-t-il, rappelant que "70% de la population a besoin d'une aide humanitaire".