Tunisie: 12 policiers condamnés à deux ans de prison pour la mort d'un supporter de foot

AFRICA RADIO

3 novembre 2022 à 19h36 par AFP

Douze policiers tunisiens ont été condamnés jeudi à deux ans de prison pour homicide involontaire après le décès d'un jeune supporter de foot, mort noyé après un match en mars 2018, une affaire considérée comme symbolique d'un usage excessif de la force.

Deux autres policiers poursuivis dans cette affaire, ont obtenu un non-lieu, a indiqué à l'AFP l'avocat Ghazi Mrabet ajoutant que la famille de la victime va interjeter appel. "C'est une mascarade de justice", a-t-il dénoncé. Au total 14 policiers, tous en état de liberté, étaient accusés d'avoir poursuivi jusqu'à un petit cours d'eau proche du stade de Radès, en périphérie sud de Tunis, un groupe de fans du Club africain, l'une des principales équipes tunisiennes, impliqués dans des échauffourées avec d'autres supporteurs. Selon des témoins cités par Me Mrabet, Omar Laabidi, 19 ans, a crié aux policiers qu'il ne savait pas nager avant de sauter dans l'eau pour leur échapper. La police s'est contentée, selon les mêmes sources, de lui dire: "tu n'as qu'à apprendre à nager", une formule reprise depuis sur les réseaux sociaux et dans les stades de football pour critiquer les exactions policières. Le corps du jeune homme avait été repêché le lendemain à environ trois kilomètres du stade de Radès. Son frère a accusé les policiers de l'avoir poussé à se jeter à l'eau. Selon des témoins, le jeune homme aurait été frappé par des policiers puis poussé vers le cours d'eau. "Le rapport médico-légal préliminaire fait état de deux hématomes majeurs relevés sur le corps de la victime, l'un à la cuisse et l'autre au thorax. Ces deux hématomes étaient manifestement la conséquence de coups de matraque", avaient rapporté 16 ONG tunisiennes et internationales dont Amnesty International. Ces organisations avaient appelé les autorités tunisiennes à réformer "en profondeur" les services de sécurité, dénonçant de graves violations des droits humains commises par des policiers et restées impunies. Le drame avait eu lieu le 31 mars après un match entre le Club africain et l'Olympique de Médenine (1-1). La violence est récurrente dans et autour des stades en Tunisie. Selon la Ligue tunisienne des droits de l'Homme qui a dénoncé une "impunité" de la police, 14 jeunes ont été tués ces dernières années lors d'affrontements avec les forces de l'ordre. Des ONG et l'opposition ont accusé les services de sécurité de recourir à des méthodes rappelant celles de l'Etat policier sous la dictature de Zine el Abidine ben Ali, depuis que le président Kais Saied s'est arrogé les pleins pouvoirs en juillet 2021.