COP27: l'UE dit être prête à rehausser ses engagements climatiques

AFRICA RADIO

15 novembre 2022 à 14h06 par AFP

L'Union européenne (UE) est prête à rehausser ses ambitions climatiques et ne fera pas "machine arrière", a annoncé Frans Timmermans, vice-président de la Commission européenne, mardi lors de la COP27 en Egypte.

La réduction des émissions des Vingt-sept devrait atteindre "au moins 57%" d'ici 2030 par rapport à 1990, contre un objectif d'au moins 55% affiché jusque-là, et "je suis heureux de vous annoncer ici aujourd'hui que l'UE est prête à mettre à jour ses engagements pour refléter cette ambition rehaussée", a-t-il dit. Le responsable européen a souligné les accords récemment trouvés sur la répartition des baisses d'émissions de gaz à effet de serre entre Etats membres, sur les objectifs de capture de carbone par les sols et forêts ou la fin des véhicules thermiques. L'objectif européen présente des réductions d'émissions "nettes", c'est-à-dire qu'il prévoit la déduction d'une partie de ces émissions par l'absorption via des puits de carbone. "Nous sommes résolument sur le chemin de la finalisation de toute la législation, afin de mettre en oeuvre nos objectifs climatiques d'ici la fin de l'année", a assuré Frans Timmermans depuis la tribune de la grande conférence de l'ONU sur le climat, dans la ville balnéaire de Charm el-Cheikh. Il a ensuite précisé lors d'une conférence de presse que le chiffre de 57% ne correspondait pas formellement à "une nouvelle ambition" mais représente "juste la traduction de ce que nous avons décidé en chiffres concrets de réduction". "Donc nous n'avons pas besoin de changer la législation. Mais nous pouvons à un moment ou à un autre mettre ceci sur le papier dans notre prochain engagement" au niveau international, dans le cadre de l'accord de Paris, a-t-il ajouté. "Ne laissez personne vous dire, ici ou ailleurs, que l'UE fait machine arrière. Ne les laissez pas vous dire que l'invasion de l'Ukraine par la Russie est en train de tuer le Pacte vert européen et que nous sommes dans une ruée vers le gaz", a-t-il dit dans son discours, en référence au difficile sevrage du gaz russe et à la recherche de nouvelles sources d'approvisionnement. Mais ces annonces ont été accueillies froidement par certains défenseurs de l'environnement, qui appellent l'UE à aller plus loin. "L'urgence climatique dans laquelle nous nous trouvons ne mérite pas des miettes de la part de l'UE", a critiqué Chiara Martinelli du réseau d'ONG Climate Action Network (CAN) Europe, pour qui son ambition devrait être améliorée à au moins 65% de baisse des émissions. "Cette petite augmentation annoncée aujourd'hui à la COP27 ne rend pas justice aux appels des pays les plus vulnérables sur les lignes de front (du changement climatique). Si l'UE, qui a un lourd passé d'émissions de gaz à effet de serre, ne montre par la voie sur l'atténuation (des émissions), alors qui le fera?", a-t-elle interrogé.