Culture : Les Grands Ateliers de la Danse prévus du 16 au 19 Février à Abidjan et Grand-Bassam

L’Institut Français de Côte d’ivoire et la Cocoteraie des Arts à Mondoukou vont abriter la 3e édition des Gada (Grands Ateliers de la Danse) du 16 au 19 février 2023.

Culture :  Les Grands Ateliers de la Danse prévus du 16 au 19 Février à Abidjan et Grand-Bassam

4 février 2023 à 13h04 par Ami Korobara V/ Africa Radio Abidjan

C’est au Centre Culturel Cocoteraie des Arts situé dans le village de Mondoukou à Grand Bassam que Jean Paul Méhansio et son équipe ont annoncé les festivités des Gada (Grands Ateliers de la Danse) 2023. L’édition 3 de ce festival dédié à la danse, va se dérouler le 16 février à l’Institut Français de Côte d’Ivoire (Abidjan) et les 17,18, 19 février à la Cocoteraie des Arts à Mondoukou à Grand Bassam. Cette année, les organisateurs visent grand, en plus des compagnies locales de danse, le festival enregistre la participation des compagnies extérieures notamment la Compagnie 'Les blouses bleues' de Lille et le 'Faso Danse Théâtre' avec Serge Aimé Coulibaly. Ce dernier démarre les festivités avec son spectacle 'Kalakuta Republik’xinspiré de la vie et de l’engagement de l’artiste Ghanéen Fela Kuti. Pour Jean Paul Méhansio, directeur artistique des Gada, ces ouvertures vers l’extérieur  donnent un caractère et international aux ateliers.

A travers ce festival dédié aux métiers de la danse, Jean Paul Méhansio veut changer le regard de l’opinion publique qui « banalise le métier de danseur » déclare -il. « La danse est un métier professionnel, avec les Gada, nous voulons créer un cadre d’échange entre des danseurs professionnels nationaux et internationaux, mais également communier avec le public et l’imprégner des notions poussées de la chorégraphie » poursuit-il. Au-delà de promouvoir le patrimoine culturel ivoirien à travers la danse, les Gada 2023 c’est aussi des moments d’hommage 'aux maîtres', les pionniers de la danse professionnelle tels que Wêrê Wêrê Liking, Marie Rose Guiraud, Souleymane Koly, Georges Momboye et tous ceux qui ont tracé les sillons de la danse professionnelle en Côte d’Ivoire et dans la sous-région ouest Africaine. Durant quatre jours, ce sont des séminaires, du tourisme culturel au cœur de la culture N’zima, des ateliers de danses conduits par des professeurs expérimentés tels que Sébastien Okpotié pour la danse patrimoniale, Académicien pour la danse urbaine, Timothé Ballo pour la danse contemporaine et des spectacles comme 'Bal poussière', avec Dj set par Asna, 'Kaydara' avec la compagnie Méhansio, 'Parcours' avec la compagnie Vozolo et bien d’autres.

Au total, ce sont six (06) ateliers de danses et 10 spectacles regroupant plus de 70 artistes, qui vont tenir en haleine les 3000 festivaliers attendus. Si l’évènement trace son chemin et ambitionne d’être un grand rendez-vous culturel à l’instar du Masa ou encore de l’Abissa de Grand Bassam comme le voudrait Jean Paul Méhansio, il reste cependant confronté aux manques de financement des institutions publiques. « Nous attendons de nos autorités la mise à disposition de fonds annuels pour mieux organiser les Gada car, nous fonctionnons sur fonds propres et le soutien de partenaires extérieurs », a-t-il ajouté.

Au micro de Africa Radio, Jean Paul Méhansio s’est exprimé sur les enjeux du festival Gada, écoutons.

Culture : Les Grands Ateliers de la Danse prévus du 16 au 19 Février à Abidjan et Grand-Bassam