Egypte: la famille d'Alaa Abdel Fattah réclame preuves de vie et soins

AFRICA RADIO

9 novembre 2022 à 9h51 par AFP

La famille du détenu politique égypto-britannique Alaa Abdel Fattah, dont la communauté internationale a réclamé la libération, a demandé mercredi des informations sur sa santé face aux "rumeurs disant qu'il est nourri de force" après sept mois de grève de la faim.

Icône de la révolution de 2011 en Egypte qui a chassé du pouvoir Hosni Moubarak -un mouvement populaire que le président actuel Abdel Fattah al-Sissi dénonce- Alaa Abdel Fattah a été arrêté fin 2019. Le détenu, qui fêtera ses 41 ans le 18 novembre, a été condamné à cinq ans de prison pour diffusion de "fausses informations" après avoir reposté sur Facebook un texte accusant un officier de police de torture. Le 2 avril, il a décidé de ne plus avaler qu'un verre de thé et une cuillère de miel. Il y a une semaine, il a totalement cessé de se nourrir et, depuis l'ouverture de la COP27 dimanche à Charm el-Cheikh en Egypte, il ne boit plus non plus, selon ses proches. Depuis qu'il a cessé de boire dimanche, sa mère Laila Soueif se rend chaque jour à la prison de Wadi Natroun, à 100 kilomètres au nord du Caire, où il est détenu. Elle n'a pas jusqu'à présent pu obtenir de preuve de vie ni faire passer livres et vêtements à son fils. Pour le troisième jour consécutif, elle a repris la route de la prison mercredi, a indiqué sa fille Mona Seif sur Twitter. "Pour essayer d'obtenir quoi que ce soit qui prouve qu'Alaa est vivant, conscient et n'a pas subi plus de violations que celles qu'il subit déjà depuis des années." Cela fait deux jours que l'administration pénitentiaire n'a plus remis à la mère des messages de son fils, s'alarme la tante d'Alaa Abdel Fattah, la célèbre écrivaine Ahdaf Soueif, alors que circulent "des rumeurs selon lesquelles il serait nourri de force et sous sédatif". Il faut, écrit-elle sur Twitter, qu'il soit "transféré en urgence à l'hôpital universitaire de Qasr al-Aini", le plus grand établissement public de santé du Caire, pour "que d'autres représentants que ceux de l'Etat aient accès à lui, comme ses avocats ou un représentant de l'ambassade britannique". L'Etat égyptien est régulièrement accusé de violer les droits humains, notamment des prisonniers. Le chef de la diplomatie égyptienne, Sameh Choukri, président de la COP27, a répété ces derniers jours qu'Alaa Abdel Fattah "bénéficie de tous les soins nécessaires". Mais pour Ahdaf Soueif, "l'hôpital de la prison n'a probablement pas l'équipement nécessaire pour le cas rare d'un patient qui a vécu pendant six mois avec seulement 100 calories par jour". Mardi, à la COP27, après Paris et Londres, l'ONU et Berlin ont réclamé la "libération immédiate" d'Alaa Abdel Fattah. Et ce, a dit le chancelier allemand Olaf Scholz, pour éviter "une issue mortelle" à sa grève de la faim entamée pour dénoncer les conditions de détention des prisonniers politiques en Egypte. bur/tp [object Object]