Guinée: la junte appelle au dialogue, l'opposition refuse

La junte au pouvoir en Guinée a appelé l'opposition à un dialogue après l'annonce d'une manifestation le 9 mars, mais celle-ci a dit mardi refuser d'y participer dans les conditions actuelles.

AFRICA RADIO

28 février 2023 à 12h36 par AFP

Les militaires qui dirigent le pays depuis un putsch en septembre 2021 interdisent toute manifestation. Sous la pression de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao), ils se sont engagés à céder la place à des civils élus au terme d'une période transitoire de deux ans à partir de janvier 2023. Une coalition de partis politiques, syndicats et organisations de la société civile critiques de la junte ont appelé à une "marche pacifique" le 9 mars pour réclamer l'arrêt des poursuites judiciaires, "fantaisistes" selon eux, contre les opposants, la levée de la suspension des manifestations et un cadre de dialogue inclusif et crédible avec la junte. Trois dirigeants d'un collectif d'opposition sont emprisonnés et un certain nombre de personnalités politiques sont détenues, visées par des enquêtes judiciaires ou en exil. Une précédente manifestation avec les mêmes mots d'ordre mi-février avait entraîné des affrontements entre les forces de sécurité et des groupes de jeunes, tuant trois personnes. La junte avait ensuite menacé d'interdire les principaux partis politiques, déjà quasiment réduits à l'inaction. Lundi soir, le Premier ministre a invité dans un communiqué les membres de la coalition d'opposition à une rencontre mardi, tout en rappelant en préambule que le seul cadre d'échange avec tous les acteurs politiques et de la société civile était le cadre de dialogue inclusif fixé par la junte. Mardi, l'opposition a refusé dans un communiqué le dialogue dans les conditions établies par les autorités. Selon elle, il faut qu'il soit présidé par la Cédéao, en présence des partenaires internationaux, et réunir les coalitions politiques et les acteurs de la société civile qui ont des réserves ou des revendications sur le calendrier de retour des civils au pouvoir. Le porte-parole du gouvernement avait coupé court mi-janvier à un nouveau format de dialogue, affirmant que ce débat était "derrière nous".