Guinée: limogage du ministre des Infrastructures cité dans une enquête anti-corruption

AFRICA RADIO

16 novembre 2022 à 23h36 par AFP

Le chef de la junte en Guinée, le colonel Mamadi Doumbouya, a limogé le ministre des Infrastructures en raison d'une enquête anti-corruption dans laquelle ce dernier est cité, selon un décret lu mercredi soir sur la télévision publique.

Le ministre des Infrastructures et des transports Yaya Sow a été évincé en même temps que sept de ses collaborateurs, dont le secrétaire général et les responsables du Fonds pour l'entretien des routes et des marchés publics, dans le département qu'il dirigeait, selon un décret distinct. Ces officiels ont récemment été entendus par une commission d'investigation judiciaire de la gendarmerie. Les faits à l'origine de ces limogeages et auditions n'ont pas précisés. Le ministre Yaya Sow a été limogé "en raison de l'ouverture d'une enquête judiciaire devant la Cour de répression des infractions économiques et financières" (Crief), selon le décret lu sur la télévision publique. La Crief, une juridiction anti-corruption, a été mise en place par les militaires dirigés par le colonel Doumbouya qui ont renversé en septembre 2021 le président Alpha Condé (2010-2021). Ces militaires qui ont pris le pouvoir par la force ont fait de la lutte contre la corruption réputée endémique en Guinée un de leurs grands combats proclamés et de nombreux anciens responsables sont déjà détenus dans ce cadre. L'ex-président Condé lui-même est visé par des poursuites pour corruption. Depuis septembre 2021, le colonel Doumbouya s'est fait investir président et s'est engagé à remettre le pouvoir à des civils élus dans un délai de deux ans à partir de janvier 2023. Il a assuré en prenant le pouvoir qu'il n'y aurait pas de "chasse aux sorcières" mais que la justice serait la "boussole" du pays.