L'ONU, divisée, va prolonger sa mission politique en Libye sans se prononcer sur les élections

AFRICA RADIO

26 janvier 2022 à 22h06 par AFP

Le Conseil de sécurité de l'ONU est appelé jeudi à prolonger jusqu'au 15 septembre sa mission politique en Libye, sans nouvelle prise de position sur les élections reportées sine die, en raison de divisions profondes de ses membres sur le dossier libyen, selon des diplomates.

A l'origine, le Royaume-Uni avait proposé un projet de résolution pour prolonger d'un an la mission Manul dans lequel le Conseil soulignait la nécessité pour les autorités libyennes "de prendre des mesures pour faciliter des élections présidentielle et parlementaires dès que possible". Le texte, obtenu par l'AFP, réclamait aussi aux Etats membres de l'ONU "de cesser tout soutien" aux mercenaires dans le pays et "de (les) retirer immédiatement", en souhaitant aussi que les pays de l'Organisation "n'interviennent pas dans le conflit". Selon des diplomates, plusieurs membres du Conseil de sécurité ont cependant exprimé leur désaccord avec différentes mentions du projet, la Russie se montrant la plus prompte et la plus ferme à en bloquer son approbation. Moscou voulait notamment que le texte souligne l'urgence pour le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, de nommer un nouvel émissaire mais sa requête n'a pas été retenue par Londres, a-t-on précisé de mêmes sources. Les Etats-Unis, dont une ressortissante, Stephanie Williams, fait office d'émissaire avec le titre de conseillère spéciale d'Antonio Guterres, ont refusé la demande russe, a indiqué à l'AFP un diplomate s'exprimant sous couvert d'anonymat. En novembre, le Slovaque Jan Kubis avait abruptement démissionné de son poste d'émissaire en raison de divergences avec le chef de l'ONU sur le processus électoral, selon des diplomates. Les élections prévues le 24 décembre ont finalement été repoussées et les Libyens n'arrivent pas jusqu'à présent à se mettre d'accord sur un nouveau calendrier. Tirant la conclusion d'une division entre Washington et Moscou impossible à résorber avant l'expiration le 31 janvier du mandat de la Manul, Londres a préféré substituer à son texte un nouveau projet très court se bornant à le prolonger jusqu'en septembre, selon des diplomates. Ce texte devrait être adopté lors d'un vote jeudi. En septembre dernier, des divisions avaient déjà surgi entre les Occidentaux et la Russie sur le renouvellement de la Manul, Moscou, en désaccord sur une mention sur le retrait de mercenaires, menaçant de recourir à son droit de veto. Londres avait alors déjà procédé coup sur coup à deux prolongations techniques du mandat de la mission de l'ONU. Le fossé qui s'est à nouveau creusé cette semaine entre les membres de l'ONU "n'est pas un bon signal" à l'égard des Libyens et ne va "pas aider Stephanie Williams" dans sa mission, prédit un diplomate.