La Somalie interdit pratiquement la moindre publication sur les shebab

AFRICA RADIO

8 octobre 2022 à 18h51 par AFP

Le gouvernement de Mogadiscio a pratiquement interdit samedi aux médias somaliens de publier la moindre information relative aux islamistes radicaux shebab, responsables de nombreuses violences, sous peine de poursuites judiciaires.

Cette censure survient alors que l'armée somalienne, soutenue par des milices locales, est engagée dans ce que le président Hassan Cheikh Mohamoud, élu en mai, a présenté comme une "guerre totale" destinée à éliminer ces combattants jihadistes liés à Al-Qaïda. "Je veux informer les médias somaliens et plus largement tous les Somaliens que nous considérerons la couverture médiatique de toute propagande liée aux shebab, y compris celle de leurs actes terroristes et de leur idéologie, comme des infractions passibles de sanctions", a déclaré le vice-ministre de l'Information, Abdirahman Yusuf. "Le gouvernement somalien interdit totalement la moindre couverture liée à l'idéologie terroriste et aux actes d'intimidation" des shebab, a-t-il déclaré à la presse. "Leurs clips audio, clips vidéo, photos et messages ne peuvent pas être diffusés", a-t-il ajouté. M. Yusuf a également indiqué que le gouvernement avait lancé des cyberopérations contre des "comptes terroristes" sur les médias sociaux et qu'il en avait fait suspendre plus de 40 sur Facebook et Twitter au cours des dernières 48 heures. "D'autres sources en ligne comme les applications et les sites Web que les terroristes utilisent pour diffuser leurs messages seront également tracées et suspendues en conséquence", a-t-il déclaré. M. Yusuf a insisté sur le fait qu'il ne s'agissait pas de réprimer la liberté d'expression. Il a ensuite déclaré à l'AFP que ces mesures n'affecteraient pas la couverture normale des informations sur les shebab par les journalistes travaillant en Somalie. Pays de la Corne de l'Afrique parmi les plus pauvres du monde, la Somalie se remet péniblement de décennies de guerre civile et fait face à l'insurrection des shebab. Ceux-ci ont été chassés des principales villes du pays, dont Mogadiscio, en 2011, mais restent implantés dans de vastes zones rurales. Ils ont nettement intensifié leurs attaques au cours des derniers mois.