La Somalie négociera avec les shebab au moment opportun, selon son président

AFRICA RADIO

6 juillet 2022 à 12h21 par AFP

Une approche militaire est insuffisante pour mettre un terme à l'insurrection violente des shebab, a déclaré le nouveau président somalien Hassan Cheikh Mohamoud, soulignant que son gouvernement ne négocierait avec le groupe jihadiste que lorsque le moment sera jugé opportun.

Il a ajouté que les shebab, affiliés à Al-Qaïda, avaient développé un "mécanisme d'adaptation" à la riposte militaire et ne pouvait pas être éliminé uniquement par la force. Les shebab mènent une insurrection contre l'Etat somalien depuis plus de dix ans. Chassés des principales villes du pays, dont la capitale Mogadiscio en 2011, ils restent implantés dans de vastes zones rurales. Ces derniers mois, ils ont intensifié leurs attaques. M. Mohamud, élu en mai après avoir été président de 2012 à 2017, a déclaré que les approches passées pour vaincre les shebab n'avaient pas fonctionné et que son gouvernement était ouvert à des alternatives, y compris des pourparlers, le cas échéant. "Nous ne sommes pas actuellement en position pour négocier avec les shebab. Nous le ferons, au bon moment", a déclaré Mohamud à un groupe de réflexion lors d'une visite en Turquie cette semaine. "Même maintenant... nous ouvrons la porte à tous ceux qui veulent dénoncer la violence, les idéologies extrémistes et rejoindre une vie normale en Somalie", a-t-il ajouté. Il a estimé que l'approche militaire pour vaincre les shebab adoptée par les administrations précédentes soutenues par des partenaires étrangers ne s'était pas avérée suffisante. Les shebab ont "développé un mécanisme d'adaptation, de sorte que même si leurs installations sont détruites, ils ont la capacité de les rétablir" et de retourner sur le champ de bataille, a-t-il déclaré. L'ancien universitaire et militant pour la paix a ajouté qu'il fallait couper les flux financiers des shebab et contrer leur message haineux pour compléter une approche militaire dans le combat contre les extrémistes. Peu de temps après son arrivée au pouvoir, M. Mohamud a salué l'annonce du président américain Joe Biden de redéployer des troupes américaines en Somalie, annulant une décision de Donald Trump de retirer la plupart des forces américaines dans la lutte contre les shebab.