Les Africains "n'ont pas à choisir" entre Chine et Etats-Unis, assure Blinken

Par AFP

AFRICA RADIO

Les Africains "n'ont pas à choisir" dans le contexte de rivalités croissantes entre la Chine et les Etats-Unis, a affirmé vendredi à Abuja le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken, tout en assurant que son pays pouvait leur offrir davantage en matière de droits démocratiques.

Dakar (AFP)

Le chef de la diplomatie américaine s'est ensuite envolé pour Dakar où il est arrivé vendredi soir, pour la dernière étape de sa tournée africaine qui l'a emmené également au Kenya.

Quelques jours avant que la Chine ne tienne, au Sénégal, un sommet avec l'Afrique, la Maison-Blanche a annoncé vendredi soir à Washington que le président Joe Biden accueillerait "l'année prochaine" un sommet avec les dirigeants du continent.

"Ce sommet poursuivra les efforts pour renforcer les liens avec les partenaires africains" et "sera également l'opportunité d'écouter nos homologues africains et de collaborer avec eux sur des questions-clés que les Etats-Unis et l'Afrique estiment primordiales pour l'avenir du continent et notre communauté mondiale", indique la présidence américaine.

Vendredi, dans un discours prononcé au siège de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) à Abuja, M. Blinken n'a fait aucune mention explicite de la Chine, mais a affirmé savoir que les Africains "se méfient des fils à la patte" qui accompagnent souvent les engagements étrangers.

"Je veux être clair: les Etats-Unis ne veulent pas limiter vos partenariats avec d'autres pays", a-il assuré."Nous voulons renforcer davantage nos partenariats.Nous ne voulons pas que vous fassiez un choix.Nous voulons vous donner des choix".

"Notre approche sera durable, transparente et conduite par des valeurs", a ajouté le chef de la diplomatie américaine.

Les accords sur des infrastructures avec d'autres nations, qui peuvent être "opaques, coercitifs et empêtrer les pays dans une dette inimaginable, détruisent l'environnement et ne bénéficient pas toujours aux habitants", a-t-il déclaré.

"Nous ferons les choses différemment", a-t-il promis.

M. Blinken a reconnu la méfiance de nombreux pays africains: "Trop de fois, les pays africains ont été traités comme des partenaires mineurs - ou pire - plutôt que comme des partenaires égaux".

"Et nous sommes sensibles au fait que des siècles de colonialisme, d'esclavage et d'exploitation ont laissé des héritages douloureux qui perdurent", a-t-il ajouté.

Selon lui, l'administration Biden "croit fermement qu'il est temps de cesser de traiter l'Afrique comme un sujet de géopolitique - et de commencer à la traiter comme l'acteur géopolitique majeur qu'elle est devenue."

Le chef de la diplomatie américaine a promis une coopération dans la lutte contre le changement climatique et le Covid-19.

- Recul de la démocratie -

Voulant se démarquer de l'ancienne administration Trump, Joe Biden a appelé à un nouvel engagement envers l'Afrique mais aussi avec envers la démocratie, sujets dont son prédécesseur était perçu comme faisant peu de cas.

Le président américain tiendra en décembre un sommet virtuel des démocraties afin de faire preuve de solidarité face à la montée des dirigeants autoritaires dans le monde.

M. Blinken a reconnu que les Etats-Unis n'étaient pas un modèle parfait, comme l'a montré l'attaque du 6 janvier des partisans de Donald Trump, alors président sortant, contre le Capitole à Washington, dans le but de renverser le résultat des élections ayant porté Joe Biden à la Maison-Blanche.

"Le recul de la démocratie n'est pas seulement un problème africain - c'est un problème mondial.Mon propre pays lutte contre les menaces qui pèsent sur notre démocratie.Et les solutions à ces menaces viendront autant de l'Afrique que de n'importe où ailleurs."

"Nous devons montrer comment les démocraties peuvent répondre aux attentes des citoyens, rapidement et efficacement", a-t-il ajouté.

Pour l'administration Biden, la Chine, compte tenu de sa croissance rapide et de sa présence grandissante sur le plan international, est l'un des principaux défis auquel doivent faire face les Etats-Unis au XXIe siècle.

Egalement présent à Abuja, le porte-parole du département d'Etat américain Ned Price a accusé Pékin de menacer "directement la paix et la stabilité régionales" en Asie, où l'allié des Américains, les Philippines, a accusé la veille la Chine d'avoir tiré au canon à eau sur certains de ses bateaux dans la très disputée mer de Chine méridionale.

Ces dernières années, la Chine a largement investi sur le continent africain, notamment dans les infrastructures et dans l'exploitation de ses matières premières (or et bois notamment).

Jeudi, s'exprimant au côté de M. Blinken, le ministre nigérian des Affaires étrangères, Geoffrey Onyeama, avait écarté les inquiétudes concernant la Chine, affirmant que la puissance asiatique offrait une "grande opportunité" pour un pays ayant besoin d'infrastructures.