Après le rapport, la France espère un rapprochement "irréversible" avec le Rwanda (Elysée)

Par AFP

AFRICA RADIO

La France espère que la publication vendredi du rapport sur le rôle de la France dans le génocide des Tutsi en 1994 au Rwanda permettra de développer et d'améliorer les relations avec Kigali, a indiqué l'Elysée.

"Nous espérons que ce rapport pourra mener à d'autres développements dans notre relation avec le Rwanda" et que, "cette fois, la démarche de rapprochement pourra être engagée de manière irréversible", a précisé la présidence après la remise de ce rapport d'historiens au président Emmanuel Macron, alors que le rôle de la France durant le génocide empoisonne les relations bilatérales depuis près de 30 ans.Dans ce cadre, le retour d'un ambassadeur de France à Kigali "dans les prochains mois" serait "un pas supplémentaire" vers une normalisation, a-t-elle précisé.Très troublées après le génocide de 1994, les relations bilatérales se sont réchauffées ces dernières années, Emmanuel Macron s'entretenant régulièrement avec son homologue Paul Kagame. Même si la France a rouvert une ambassade à Kigali, qui "fonctionne bien" selon l'Elysée, le poste d'ambassadeur est vacant depuis 2015.Emmanuel Macron s'exprimera "le moment venu" sur les enseignements qu'il tire du rapport, a indiqué la présidence. Cette évolution va notamment "dépendre de la manière dont le rapport est reçu à la fois en France et au Rwanda", a-t-elle ajouté, en précisant que les deux présidents avaient récemment échangé sur cette question.Au delà, Paris espère que "ce rapport aura aussi un impact sur l'ensemble de notre relation avec l'Afrique" et qu'il "soit un sujet emblématique du renouveau que nous avons amorcé" avec le continent, après les décisions "très symboliques que sont la remise du patrimoine d'art africain ou la réforme du franc CFA".Estimant que le rapport "n'a pas vocation à constituer une oeuvre définitive sur la connaissance de l'engagement français au Rwanda et encore moins sur le génocide", l'Elysée indique qu'Emmanuel Macron "prendra dans les prochains jours des décisions qui permettront d'élargir l'accès aux archives" sur ce dossier. Il s'agit en particulier des archives présidentielles des années 1990-94, "le fonds Mitterrand", qui seront "librement communicables". L'ensemble des documents cités dans le rapport seront également ouverts à la consultation, a-t-on indiqué de même source.