Attaque d'un camp militaire au Niger: aide française "déterminante"

Par AFP

AFRICA RADIO

L'appui aérien français aux forces nigériennes a été "déterminant" pour repousser les assaillants jeudi du camp militaire de Chinégodar (Ouest, frontière malienne) qui a coûté le vie à 25 soldats, a confié à l'AFP une source sécuritaire nigérienne.

"Tous les 25 morts dans l'attaque sont des soldats en poste à Chinégodar. Nos soldats se sont vaillamment battus contre les terroristes qui pensaient les surprendre comme lors des précédentes attaques", a affirmé cette source. "Il faut reconnaître aussi que l'intervention aérienne de nos alliés, notamment Français, a été déterminante dans la mise en déroute des terroristes venus en grand nombre et lourdement armés à moto et à bord de voitures", a-t-il dit. 25 soldats ont été tués et 6 blessés lors de l'assaut selon un communiqué, jeudi soir, du ministère nigérien de la Défense, qui assure que 63 "terroristes" ont été "neutralisés". Le ministère de la Défense avait déjà souligné l'importance du soutien aérien: "La riposte avec l'appui aérien combiné de l'armée de l'air nigérienne et de nos partenaires a permis d'effectuer des frappes et mettre l'ennemi en déroute hors de nos frontières".Par "partenaires", le Niger entend souvent des avions de chasse ou drones français positionnés à Niamey dans le cadre de l'opération antijihadiste Barkhane et les drones américains qui surveillent le Sahel en permanence. Les médias officiels nigériens rappelaient vendredi que le ministre nigérien de la Défense Issoufou Katambé s'était rendu à Chinégodar la semaine dernière en vue "de remonter le moral de la troupe".C'est la première attaque menée contre le camp de Chinégodar, un village nigérien situé à 10 km de la frontière malienne, dans la région de Tillabéri (ouest) souvent visée par des attaques jihadistes. C'est dans cette même région de Tillabéri, également frontalière du Burkina Faso, que 71 soldats nigériens avaient été tués le 10 décembre à Inates, dans une opération revendiquée par le groupe Etat islamique, la pire attaque au Niger depuis le regain des actions jihadistes en 2015.Le 25 décembre, 14 militaires ont aussi été tués lors d'une attaque "terroriste" dans la commune de Sanam, également dans la région de Tillabéri.Tout le Sahel - en particulier le Mali, le Niger et le Burkina -, est désormais visé par les assauts de plus en plus audacieux de groupes islamistes, en dépit du renforcement des armées locales et de la présence de 4.500 militaires français de la force antiterroriste Barkhane.Le président nigérien Mahamadou Issoufou avait annoncé le 22 décembre, lors de la visite du président français Emmanuel Macron, que les pays du Sahel et la France lanceraient "un appel à la solidarité internationale" durant un sommet à Pau (sud-ouest de la France) le 13 janvier, consacré à la lutte contre les groupes jihadistes